L'histoire du mec qui lançait des chats

Jan Fabre, artiste plasticien belge et adepte de performances est profondément désolé d'avoir soulevé l'ire d'associations de protection animale. Mais quand on est artiste, on s'inspire de nos aînés. Comment dépasser le maître sans le reproduire exactement ? Poncif chez les artistes tout comme chez Jan Fabre qui s'est posé la question au sujet de cette photo de Philippe Halsman :

Publicité

Cette photo porte un nom: Dali Atomicus et met en scène - vous l'aurez compris- le peintre Dali. Dans le virage de cette photo déjantée, Jan Fabre est allé jeter des chats sur les marches de l'Hôtel de ville d'Anvers.  Il a trouvé la réponse à sa question. Le meilleur moyen de dépasser à la fois le photographe et son sujet Dali c'était de reproduire l'idée en vidéo.

On peut chercher à comprendre le sens artistique de cette vidéo qui ne vole pas plus haut qu'un lancer de nains. Un lancer de chats sur les marches de l'Hôtel de ville, qu'est ce que cela peut bien vouloir signifier? Un coup de griffes sur la face de la politique ? Une reproduction féline des oiseaux d'Hitchcock ? Un lol cat in real ? L'art et ses raisons peuvent-ils tout se permettre ?

Publicité

Plus depuis que les associations de défense des animaux ont pris le pouvoir visiblement ! Non seulement Jan Fabre s'est fait agresser physiquement à la suite de la diffusion de la vidéo mais en plus il a provoqué la colère des associations qui en ont fait une affaire politique. Même Luc Bungeneers, l'adjoint au maire chargé du bien-être animal porte plainte contre Jan Fabre c'est dire !

Le pauvre artiste est lui totalement dépité mais s'excuse dans sa grande bonté auprès " des amis de chats "

«Je regrette vivement que ces chats soient mal retombés. Je veux m’excuser auprès des amis des chats. Ce n'était pas mon intention de blesser ou faire mal aux chats. Les chats vont bien»

Publicité

le Dali Atomicus ne pouvait semble t-il se dépasser que dans une bordélique absurdité. What else ?

Par Afifia B, publié le 05/11/2012

Pour vous :