Les aquarelles érotiques et délicates de Tina Maria Elena

L’artiste franco-danoise met en images les bénéfices que peuvent avoir les relations sexuelles et s'est confiée sur le sujet.

Tina Maria Elena est une artiste franco-danoise qui explore l’érotisme et la sensualité à travers ses aquarelles. Ce qui nourrit son art, c’est le sentiment du plaisir, de lâcher-prise et la confiance mutuelle d’un couple pendant les relations sexuelles. Dans ses œuvres, elle souhaite mettre en lumière le fait que l’acte sexuel peut créer des relations plus profondes entre deux amants. Elle explique :

Publicité

"Dans les relations sexuelles, la magie opère seulement lorsqu’on est bien dans sa peau. Et ce n’est qu’en ayant une confiance aveugle en notre partenaire que nous pouvons être épanouis sexuellement. De là viennent alors les pulsions sexuelles qui vont pimenter les relations amoureuses."

Peindre des relations sexuelles, un remède à la douleur

Lorsqu’on demande à l’artiste pourquoi elle a choisi de centrer son travail autour des illustrations érotiques, celle-ci nous explique qu’elles ont été un moyen pour elle de s’évader de son quotidien morose. En effet, durant ces sept dernières années, elle nous confie avoir traversé des épreuves très difficiles et traumatisantes. À tel point qu’elle avait peur de tout ce qui l’entourait. De ce fait, elle a choisi d’utiliser l’art comme moyen de s’évader un court instant de cette situation devenue invivable.

C’est donc en se concentrant sur la beauté de la vie – et en commençant parallèlement sa série Make Love – qu’elle a commencé à retrouver espoir. L’aquarelle lui a servi d’échappatoire et lui a redonné de la force pour affronter son quotidien. C’est en peignant le caractère érotique et sensuel des relations sexuelles qu’elle s’est rappelé que la vie pouvait être belle et remplie de poésie.

Publicité

"Le travail que je réalise me permet de mettre mes inquiétudes de côté, mais également de me sentir aussi belle, puissante, sensuelle et érotique que les femmes que je peins. Donc j’ai choisi ce thème non seulement car je le trouvais intéressant, mais aussi parce qu’il m’a guérie de mes maux."

Un travail délicat et coloré qui cache un message engagé

Si l’artiste peint aussi bien des relations tendres que sauvages, c'est qu’elle souhaite avant tout que son travail reste délicat et qu’il ne tombe pas dans la vulgarité. Elle nous précise qu’utiliser l’aquarelle l’aide à exprimer cette délicatesse "car elle permet de faire ressortir des vibrations sensuelles". Le choix des couleurs est primordial dans son travail et va être fait en amont, avant même qu’elle ait entamé ses aquarelles.

Publicité

"Les couleurs dépendent des sentiments que je souhaite montrer à travers mes peintures. Par exemple, lorsque j’utilise de l’encre noire, ça n’a rien à voir avec la couleur de la peau de mon protagoniste. C’est avant tout une façon de montrer le pouvoir brut et sexuel de la gent masculine."

Si le rose reste la couleur prédominante dans son travail, c’est parce que selon elle, c’est celle qui revient inconsciemment dans l’imaginaire collectif lorsqu’on évoque les histoires d’amour. Des mélanges de couleurs qui donnent un côté solaire à ses œuvres et qui nous évoquent les couchers et levers de soleil si caractéristiques des moments romantiques.

"Je veux que les femmes se sentent fières de ce qu’elles représentent"

Publicité

À travers son art, Tina souhaite par ailleurs renforcer le statut des femmes, leur redonner de la force et du pouvoir.

"Je veux qu’elles se sentent fières de ce qu’elles représentent, fières de qui elles sont et fières de leurs actes. Je veux qu’elles se sentent libres d’agir comme bon leur semble sans avoir peur des préjugés. C’est pourquoi je souhaite mettre en lumière cette sensualité qu’elles incarnent toutes."

Un message optimiste et poétique brillamment illustré par Tina Maria Elena, qui espère être bientôt exposée en galerie, et c’est tout ce qu’on lui souhaite. En attendant, si vous aussi vous avez été conquis, c’est par ici que vous pouvez admirer son travail.

Par Manon Baeza, publié le 25/08/2017

Pour vous :