Le street artist Speedy Graphito revient sur 36 années de création

Connu pour son iconographie pop, ses personnages Disney, ses comics et ses logos publicitaires, le street artist français Speedy Graphito est exposé à la Métairie Bruyère, en Bourgogne, jusqu’au 24 septembre. L’occasion de revenir sur trente-six ans de création.
 

Publicité

Artiste précurseur du mouvement street art depuis les années 1980, Speedy Graphito est une figure emblématique du graffiti en France. Son credo ? Représenter des personnages de comics empruntés à la culture pop et au langage Internet pour en faire des œuvres protéiformes au cynisme absolu. Des slogans comme "Eat art" ou "Art is a joke" se moquent du consumérisme du monde actuel.

Les œuvres de Speedy Graphito sont soignées, puisque l’artiste fait appel à des techniques ancestrales, que l’on retrouve justement dans sa dernière exposition : la linogravure, la xylogravure, l’eau-forte, la sérigraphie et la lithographie. Au sein de la Métairie Bruyère – havre de paix et de culture à 90 minutes de Paris –, vous pouvez découvrir l’ensemble de ses œuvres imprimées jusqu'au 24 septembre. Nous avons pu interviewer l'artiste.

Publicité

Konbini | Parle-nous de ton œuvre. Quel est le sens de ton travail ?

Speedy Graphito | Je définirais mon travail comme le miroir de ma vie. Mes œuvres sont comme les cailloux du Petit Poucet, la trace de mon parcours artistique. Je me sens explorateur et chroniqueur du monde qui m’entoure. Je me sers de la mémoire collective pour créer un langage universel. Dans ce monde voué au consumérisme, l’idée est de désamorcer la propagande faite par l’image pour la détourner de son sens premier et proposer une vision plus poétique et mystique.

En associant des images symboliques de la culture populaire, je construis des mondes qui questionnent sur l’impact de l’image sur notre société et les grands thèmes que sont l’écologie, Internet, la mondialisation, le marché de l’art… Mes œuvres véhiculent ma vision du monde et mes valeurs. Elles sont nourries de mon expérience de vie.

Publicité

Comment a pu naître chez toi cette envie de créer ? Est-ce un héritage familial ?

Je ne connais pas d’autres artistes dans ma famille. Mon père est tapissier et ma mère institutrice. Ils m’ont donné l’amour du travail car ils aiment leur métier. Cette envie de dessiner m'est venue comme un besoin de mettre en images le monde qui m’entoure. J’ai commencé par reproduire tous les objets présents dans ma maison avant de poursuivre ma formation avec des cours de dessin, des reproductions d’œuvres classiques, des décors de théâtre et les écoles d’art.

Publicité

Quel est ton processus de création ?

Les techniques utilisées font appel à un savoir-faire ancestral. La linogravure, la xylogravure, l’eau-forte, la sérigraphie, la lithographie… Toutes ces méthodes sont bien plus que des moyens de reproduction. Elles sont les gardiennes de ce métier d’art. En tant qu’artiste contemporain, je me sens responsable de la pérennité de ces traditions. Si on ne les utilise pas, ce sont des techniques qui meurent.

Par ailleurs, je trouve ces procédés inspirants de par leur richesse d’interprétation. Je travaille le plus manuellement possible sur ces éditions en réalisant les films de chaque couleur à la main pour offrir un résultat le plus proche possible d’un original. Je rehausse également une partie du tirage pour en faire des œuvres uniques. C’est important pour moi de donner accès à l’acquisition d’une œuvre.

L’édition permet de proposer aux collectionneurs les moins fortunés une œuvre de qualité signée par l’artiste. L’exposition parcourt trente-six années de mes créations. Une occasion de voir ou revoir des éditions anciennes, des papiers gravés, des livres d’art, des sculptures, des skateboards customisés et des objets d’atelier issus de mon univers.

Tu as étudié dans des écoles d’art. En sortant, comment as-tu pu te positionner en tant qu’artiste ?

En sortant des écoles d’art, il m’a fallu un peu de temps. Il a fallu me libérer des règles de l’art pour trouver ma propre identité. On m’avait enseigné les techniques, mais je n’avais pas appris à trouver mon écriture. C’est ce que j’ai développé en me retrouvant seul face à la toile. Je suis parti ensuite faire le tour des galeries parisiennes mais la réponse a été toujours la même : "Revenez quand vous aurez exposé."

Toutes les portes étant closes, j’ai décidé de reproduire mes toiles au pochoir et de les bomber sur les murs de Paris. J’ai même créé un collectif du nom de X-Moulinex qui ne peignait que les passages pour piétons. Au début des années quatre-vingt, le street art n’existait pas encore. Il y avait pourtant quelques artistes comme Jérôme Mesnager, Blek le Rat, VLP, Les Frères Ripoulain, qui avaient pris la rue comme terrain de jeu. Ces rencontres ont donné lieu à des expositions collectives et petit à petit, les galeries nous ont ouvert leurs portes. C’était le début d’un mouvement qui n’a pas cessé de croître.

Retrouvez Speedy Graphito à La Métairie Bruyère à Parly jusqu’au 24 septembre 2017, ainsi qu’à l’espace d’art contemporain André Malraux à Colmar jusqu’au 8 octobre 2017.

Par Margaux Balloffet, publié le 22/08/2017

Pour vous :