La plus belle station de métro d’Europe se trouve à Naples

Au cœur de Naples, la station de métro Toledo, réalisée par l’architecte catalan Oscar Tusquets, nous plonge dans un univers futuriste à la croisée des mondes. Inaugurée en 2012, elle a été élue plus belle station de métro d’Europe par le Daily Telegraph.

Station de métro Toledo à Naples (© Tusquets)

Si vous êtes de passage à Naples, ne manquez pas de prendre le métro à Toledo, station située au cœur de la ville, dans le quartier espagnol. Ladite station, toute de bleu vêtue, a vu le jour en 2012 et a reçu le titre informel mais reconnu de plus belle station de métro d’Europe, décerné par le magazine britannique Daily Telegraph.

Publicité

Une reconnaissance qui fait la fierté des Napolitains, mais qui ravira aussi les yeux et l’imaginaire de n’importe quel visiteur. Entrer dans Toledo, c’est pénétrer dans des abysses futuristes et envoûtants aux multiples teintes de bleu. Un décor à trente mètres de profondeur qui évoque tant la montée vers la voie lactée et son puits de lumière que la plongée dans les tréfonds des océans.

Une galerie d’art à la portée de tous

Station de métro Toledo à Naples (© Jeanne Pouget/Konbini)

Véritable œuvre d’art, Toledo a été pensée par Oscar Tusquets, architecte catalan et ancien ami de Salvador Dali, en collaboration avec des artistes internationaux comme le Sud-Africain William Kentridge, à l’origine de la mosaïque, le metteur en scène américain Bob Wilson, qui s'est occupé des lumières, ou encore les artistes conceptuels russes Ilya et Emilia Kabakov. Le projet a été commandé par la municipalité de Naples, dans le cadre de la rénovation de son réseau métropolitain, et est nommé "Stazioni dell’Arte" (Stations de l’art).

Publicité

Loin d’être une exception, la station Toledo fait ainsi partie du vaste réseau des "Stations de l’art", qui n’accueillent pas moins de 200 œuvres dans le métro napolitain. Autre exemple, la station Università, qui a été repensée par l’artiste new-yorkais Karim Rashid, affiche des couleurs pastel du sol au plafond dans une ambiance parfaitement psychédélique.

De véritables musées underground, que l’on doit à Achille Bonito Oliva, critique d’art italien mandaté par la société gérante du métro et qui a décidé de faire appel à des artistes, architectes et designers italiens et internationaux pour rénover les transports et amener l’art à la portée de tous. Un vaste projet d’urbanisme destiné à moderniser le métro napolitain à travers l’art contemporain, qui a été lancé au début des années 2000 avec un budget d’un milliard et demi d’euros, financé en partie par l’Europe.

Un concept de "musée obligatoire"

Publicité

Dans la vidéo ci-dessus, Achille Bonito Oliva explique avoir voulu créer un nouveau modèle : le "musée obligatoire" qui, comme son nom l’indique, oblige les voyageurs à regarder des œuvres d’art. Les usagers du métro deviennent ainsi le public involontaire de messages artistiques en empruntant les transports en commun. Il est important de "mettre de l’art dans la vie des gens", renchérit Giannegidio Silva, directeur de la société MetroNapoli.

L’art porte ainsi une véritable fonction sociale dans une cité plombée par le chômage et la pauvreté, en particulier chez les jeunes. Il vous en coûtera donc le prix d’un ticket de métro, soit 1,30 euro pour être le public volontaire ou involontaire de la plus belle station de métro d’Europe. Retrouvez ci-dessous d’autres photos de la station.

Station de métro Toledo à Naples (© Tusquets)

Publicité

Station de métro Toledo à Naples (© Tusquets)

Station de métro Toledo à Naples (© Tusquets)

Par Jeanne Pouget, publié le 08/08/2017

Pour vous :