L'Iran lance un concours de caricatures de Daesh

280 dessins caricaturant Daesh seront exposés à Téhéran jusqu'au 31 mai, dans le cadre d'un concours organisé par le gouvernement iranien.

Plus d'un millier de dessins reçus en provenance d'une quarantaine de pays, 280 sélectionnés et exposés dans quatre centres culturels de Téhéran pendant une semaines et des participants réunis autour d'une même mission : ridiculiser, par la caricature, l'organisation terroriste Daesh, "Etat islamique" autoproclamé.

Publicité

Voilà le résultat d'une initiative de la Maison iranienne de la bande dessinée, qui avait lancé un grand concours de caricatures en février 2015. Après une semaine à admirer les œuvres exposées dans la capitale iranienne, le public connaîtra le nom des gagnants le 31 mai.

Publicité

"Aujourd'hui, tout le monde connaît le parasite qu'est [Daesh] et les crimes qu'il a commis contre l'humanité, l'art et la culture. Les artistes ont le devoir de sensibiliser le public à ces problèmes en participant à ce type d'événement", a indiqué à la chaîne locale PressTV Mohammad Habibi, le responsable du concours également membre du jury.

Les dessins viennent de pays aussi variés que l'Australie, le Brésil, l'Indonésie, le Royaume-Uni... La France aligne quatre représentants, dont le fameux Bernard Bouton. Ils devraient ensuite être exposés "en Irak, en Syrie et au Liban" selon l'artiste Massoud Shoajaei Tabatabaii, autre membre du jury.

Publicité

Publicité

Certains artistes, notamment ceux en provenance de pays sous la domination de Daesh, ont dû recourir à l'emploi de pseudonymes pour participer au concours, par peur de représailles, comme l'a également indiqué un responsable. Un petit nombre de dessins parmi ceux sélectionnés mettent directement en cause Israël et les Etats-Unis pour leur rôle supposé dans l'établissement du groupe islamiste sunnite, né des cendres de l'invasion américaine en Irak. L'Iran, à majorité chiite, lutte donc aussi contre Daesh sur le terrain des différences confessionnelles.

Financé par le gouvernement local de Téhéran, cet événement fait suite à un autre concours de caricatures organisé en février dernier qui avait déclenché de toutes autres réactions dans le monde occidental : celui-ci avait pour thème... le négationnisme de l'Holocauste – en réponse à la Une de Charlie Hebdo paru le 14 janvier dernier et diffusé à 8 millions d'exemplaires en France où un Mahomet sanglotant, représenté par Luz, tient le message "Tout est pardonné".

Par Thibault Prévost, publié le 27/05/2015

Copié

Pour vous :