À Hong Kong, la Révolte des parapluies se manifeste aussi à travers l'art

Depuis fin septembre, les manifestations pro-démocratie se déroulent à Hong Kong. Connu mondialement comme étant "la Révolte des parapluies", le mouvement "Occupy Central" qui secoue la ville la plus riche de Chine inspire également de nombreux artistes.

Publicité

Depuis le 28 septembre dernier, des dizaines de milliers de manifestants occupent les rues de Hong Kong pour faire part de leur mécontentement quant au nouveau scrutin censé désigner le chef de l’exécutif local et, surtout, pour réclamer davantage de démocratie et de transparence. Une contestation pacifique dont le parapluie est devenu le symbole.

Cet objet était initialement utilisé par les manifestants pour se protéger des gaz au poivre et autres lacrymogènes des policiers, devenant rapidement l'image de ce mouvement, désormais connu sous le nom de "Révolte des parapluies".

Un symbole qui inspire aujourd'hui plus d'un artiste, confirmé ou novice, si bien que beaucoup considèrent maintenant le centre financier de Hong Kong comme une galerie d'art ouverte.

Publicité

"Umbrella Man", la mascotte de la Révolte des parapluies

Reproduction des scènes à l'aquarelle, sculptures en tout genre, street-art, dessins graphiques, humoristiques, installations ou encore atelier d'origami, tous les supports sont bon à utiliser pour égayer et surtout soutenir le mouvement "Occupy Central".

Parmi tous ces projets artistiques, une oeuvre a particulièrement marqué le mouvement. Il s'agit de la sculpture de presque quatre mètres surnommée "Umbrella Man" et réalisée par un jeune hongkongais de 22 ans.

Si elle fait désormais office de mascotte du mouvement, c'est aussi parce qu'elle rappelle, surtout aux plus âgés, la Déesse de la Démocratie, sculpture haute de cinq mètres réalisée par des étudiants aux Beaux-Arts lors des manifestations de la Place Tiananmen en 1989. Alors que cette dernière tenait en sa main un flambeau à l'instar de la statue de la liberté, Umbrella Man tient, logiquement, dans sa main un parapluie.

Publicité

Publicité

Par Anaïs Chatellier, publié le 22/10/2014

Copié

Pour vous :