L’œuvre anti-Trump He Will Not Divide Us de Shia LaBeouf a trouvé refuge à Nantes

Après avoir été plusieurs fois dérangée et déplacée, He Will Not Divide Us, l’œuvre pensée par le collectif LaBeouf, Rönkkö & Turner, atterrit à Nantes.

He Will Not Divide Us, l’œuvre très politique du collectif LaBeouf, Rönkkö & Turner, ne cesse de faire couler de l’encre. Depuis déjà de longs mois, l’œuvre ultra-engagée contre la politique de Trump défraye la chronique. Tout a commencé le 20 janvier 2017, le jour même de l’investiture du 45e président des États-Unis.

Publicité

Installé initialement à l’extérieur du Museum of the Moving Image de New York (MoMI), ce projet de vidéo participatif conviait les visiteurs à répéter face caméra : "He Will Not Divide Us" ("Il ne nous divisera pas", en référence à Trump). Cette œuvre a pour vocation d’être diffusée en live, durant tout le mandat du nouveau président américain. Très vite, elle se retrouve au cœur des débats et déchaîne les passions, à tel point qu’au bout de seulement trois semaines le MoMI décide d’abandonner l’œuvre. C’est alors le début d’un long périple.

Une œuvre itinérante malgré elle

L’œuvre est transférée dans un premier temps à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Malheureusement, des actes de vandalisme de militants d’extrême droite continuent à menacer sa survie. Le trio artistique se voit donc contraint de partir à la recherche d’un nouveau refuge, qui cette fois-ci restera secret.

En mars 2017, l’œuvre se transforme en un drapeau blanc portant l’inscription "He Will Not Divide Us", et atterrit un temps au Tennessee, avant de finir à Liverpool, au Royaume-Uni. Dans les deux cas, des militants d’extrême droite ont saboté le live en décrochant le drapeau, ce qui a poussé ses créateurs à l’interrompre.

Publicité

Depuis ce lundi 16 octobre, c’est à Nantes que l’œuvre a trouvé un nouveau foyer. Le drapeau flotte désormais au sommet de la tour du Lieu Unique. Le centre culturel s’est exprimé à ce sujet sur son site :

"Le projet HEWILLNOTDIVIDE.US, censuré par des actes violents alors même qu’il prône la cohésion et l’unité, nous semble devoir bénéficier d’une attention particulière. Dans le contexte politique, économique et social actuel, le fait que des artistes soient empêchés d’exprimer par leur art un engagement politique nous semble préoccupant.

Le Lieu Unique, espace étroitement connecté à la réalité, s’est donné pour mission de servir d’observatoire du monde et de mettre en résonance les propositions artistiques contemporaines clairvoyantes avec les citoyens qui le construisent, qui le vivent : notre public."

Espérons que cette fois-ci ce soit la bonne.

Publicité

Par Manon Baeza, publié le 19/10/2017

Pour vous :