À Gaza, un artiste sculpte dans la terre la souffrance des Palestiniens

C'est le quartier déserté de Shuja’iyya à Gaza que l'artiste palestinien Iyad Sabbah a choisi pour sa dernière installation : une sculpture grandeur nature en terre cuite d'une famille fuyant des combats. 

Un homme tient un nouveau-né dans ses bras - Crédit Image Iyad Sabbah

Un homme tient un nouveau-né dans ses bras - Crédit Image Iyad Sabbah

Il n'y a plus grand monde qui vive dans le quartier de Shuja'iyya de Gaza. Et pour cause, à la suite des bombardements et des combats qui ont eu lieu dans cette partie de la ville, il n'y pas plus vraiment de bâtiment qui tienne debout. Plus vraiment d'habitat pour ceux qui y avaient élu domicile.

Publicité

Comme un clin d'oeil cinglant à cette réalité, l'artiste palestinien Iyad Sabbah a choisi l'endroit – sorte de "no man's land" où ne reste que la dévastation – pour y poser sa dernière installation, résolument politique.

"Worn Out", c'est son nom, prolonge les récents travaux du plasticien (comme on le constate sur son site, ce n'est pas la première fois qu'il crée en rapport au conflit israélo-palestinien). L'oeuvre a rapidement été repérée par les médias spécialisés, notamment Design Boom.

Sur une plaine, en contrebas de bâtiments décrépis, une famille sculptée dans la terre fuit la poussière et les amoncellements de gravats. Des femmes, des enfants, des personnes âgées semblent marcher sans but, vers une destinée qu'ils espèrent différente de leur quotidien dans la bande de Gaza.

Publicité

Détail des sculptures de l'artiste - Crédit Image Iyad Sabbah

Détail des sculptures de l'artiste - Crédit Image Iyad Sabbah

Illustrant l'exode, montrant les traces de la guerre sur les corps, l'ensemble de cinq sculptures est une proposition intelligente et engagée. Les personnages, aux visages neutres et aux corps tachetés de rouge sont comme un rappel d'une réalité politique et sociale terrible.

Crédit Image Iyad Sabbah

Crédit Image Iyad Sabbah

Publicité

Crédit Image Iyad Sabbah

Crédit Image Iyad Sabbah

Par Tomas Statius, publié le 23/10/2014

Copié

Pour vous :