Un artiste veut porter un Oculus Rift en permanence pendant un mois

Un Britannique fait le pari fou de vivre pendant un mois à travers les yeux d'une autre personne grâce à un casque de réalité virtuelle. Une expérience "socio-artistique" qu'il compte financer via Kickstarter.

oculusrift

Se projeter dans le cerveau de quelqu'un, un délire réservé aux films fantastiques ? Pas pour un artiste à l'origine d'un projet un peu dingue. Le Britannique Mark Farid a lancé cette semaine une campagne Kickstarter afin de financer une expérience inédite : vivre durant près d'un mois à travers les yeux et les oreilles d'une autre personne, nous apprennent Gamespot et Mashable.

Publicité

Équipé en permanence d'un Oculus Rift et aidé d'assistants, Mark Farid restera enfermé pendant 28 jours dans une pièce uniquement équipée d'un lit et d'une salle de bain. Le casque retranscrira les images et les sons d'une caméra logée dans les lunettes d'un homme vivant à l'extérieur, un total inconnu : l'Autre.

Les images de l'Autre seront enregistrées plusieurs jours à l'avance, afin que les assistants puissent prévoir les horaires et la composition des repas. En réduisant ses interactions avec le monde "réel" au strict minimum, Farid espère ainsi se retrouver complètement immergé dans le quotidien de l'Autre. Cerise sur le gâteau, l'espace confiné où vivra Mark Farid, situé à Londres, sera exposé au public.

[field  name=ok]

Publicité

Qui suis-je vraiment ?

Mark Farid, indique Mashable, a des requêtes plutôt spécifiques à propos de l'Autre. Celui-ci doit être un homme hétérosexuel, tout comme l'artiste, mais aussi vivre en couple. Pas pour que Farid puisse se rincer l’œil, précise le site américain, mais afin d'obtenir une meilleure compréhension de ce qu'il voit :

Le côté relation est là pour que Farid ait un "récit" de ce qui se passe. Un homme en couple a plus de chances de dire tout haut qu'il va acheter du lait qu'un homme qui vit seul, par exemple.

Passer un mois dans la peau d'un autre n'est pas dénué de risques. Farid bénéficiera d'un suivi psychologique scrupuleux. Toute la portée du projet, explique-t-il, est de comprendre la part d'inné et d'acquis dans la personnalité humaine :

Publicité

Je veux savoir s'il est possible de perdre la conscience de moi-même. Peut-être que je ne suis pas celui que je pense. Mon identité peut être façonnée sous la forme que je veux.

Baptisé Seeing-I, le projet, s'il est réalisé, donnera lieu à un documentaire confrontant des analyses de chercheurs, philosophes, artistes... Seing-I a pour l'instant réuni près de 4000 livres sur les 150 000 (plus de 180 000 euros) requises. Encore 28 jours pour le financer, justement.

Par François Oulac, publié le 21/11/2014

Copié

Pour vous :