Un artiste mexicain illustre parfaitement le chaos de la campagne électorale américaine

En réaction à l'annonce de la victoire de Trump, un illustrateur mexicain a publié sur Instagram une œuvre intitulée Le Cauchemar, qui résume parfaitement l'anarchie qui a régné durant la campagne pour l'élection présidentielle américaine.

L’impensable s’est produit, Donald Trump a été élu président des États-Unis. Le monde entier est horrifié, à commencer par le Mexique, où la majorité des citoyens sont désespérés par ce résultat. Le pays a essuyé tout au long de la campagne des humiliations constantes de la part de Donald Trump, qui profitait systématiquement de la plateforme médiatique à sa disposition pour dénigrer les Mexicains.

Le processus électoral tout entier est devenu une combinaison de spectacle politique et de téléréalité, un mélange chaotique de rêves contradictoires, d’idéaux et de perspectives conflictuels, jusqu’à se transformer en cauchemar.

Publicité

A photo posted by Saner_ Edgar (@saner_edgar) on

C’est ce que représente l’œuvre que l’artiste mexicain Saner a publié sur son compte Instagram après l’annonce des résultats. Le Cauchemar, une scène d’affrontements sur fond rose, symbolise la bataille constante entre le peuple et le pouvoir. Le tableau est actuellement exposé au Brand Library & Art Center de Glendale, en banlieue de Los Angeles.

Particulièrement engagé, Saner expliquait en janvier dernier au journal Latin Post :

Publicité

"Nous avons des histoires terribles sur les cartels, la corruption du gouvernement et le corps militaire. Mais au final cela ne concerne pas seulement le Mexique, mais le monde entier. New York a des problèmes avec la police, comme certains pays d’Asie, d’Amérique latine… […] J’essaye de refléter ça et en prenant exemple sur ce qui se passe dans mon pays."

Coloré et brut, son travail est unique, tout en s'inscrivant dans la continuité des grandes heures de l'art pictural mexicain, des Incas à Frida Kahlo et Diego Rivera.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

Publicité

Par Janila Castaneda, publié le 10/11/2016

Pour vous :