YouTube sur la voie du paiement de ses contenus

YouTube serait sur le point de rendre payant une partie de ses contenus. Un tournant.

Youtube

Dépassant le milliard d'utilisateurs uniques le mois dernier, YouTube n'est pas uniquement la poubelle numérique que l'on veut nous faire croire. La plateforme est dotée d'un système à deux vitesses où contenus de qualité croisent vidéos de chat, films de vacances ou montages amateurs.

Publicité

Et ce fonctionnement qui fait la force de la plateforme de diffusion est concentré autour de mastodontes version YouTube : les chaînes sponsorisées. Et c'est le sérieux Financial Times qui en a parlé le premier.

Monétiser par les chaines

En prenant acte de cette force, l'entreprise qui appartient à Google a décidé, après le deal passé auprès des labels et le nettoyage qui s'en est suivi, d'engager un nouveau gros coup de monétisation de son activité. Faire payer mais pas tout, conserver la gratuité et faire tomber la monnaie là où ça ne coute que peu : ni en infrastructures, sans trop écorner son image.

Capture d'écran de la chaine "I Am Other"

Publicité

Ainsi, contrairement aux théories alarmistes, si YouTube s'apprête à faire payer une partie du contenu disponible, il ne s'agirait que de "ces chaînes" sponsorisées aux États-Unis.

Par ce biais, le diffuseur se lancerait dans la bataille de "l'audiovisuel" et cela selon deux canaux :

  1. En se rapprochant du modèle de financement du contenu télévisuel : une souscription (certes minime) d'un peu moins de deux euros par mois et par chaîne;
  2. En engageant une politique de projets de grande ampleur rendue possible par cet afflux de liquidités.

Publicité

Et l'annonce est de taille, tout comme le changement fondamental du statut de ce qu'on appelle le "paywall" (le système par souscription payant) dans le jargon numérique, considéré jusqu'à maintenant comme une stratégie de repli.

YouTube semble en user pour créer une rupture dans le secteur, comme l'explique le journaliste Andrew Leonard sur Salon :

D'habitude, l'introduction de "paywalls" est une mesure de dernier recours pour générer des miettes de revenus dans un secteur  dominé par le contenu gratuit et l'effondrement des revenus publicitaires. Dans le cas de YouTube, le changement est fait sous l'égide d'une évolution qualitative du contenu. YouTube change.

Publicité

La transition vers un fonctionnement mixte (entre gratuité et accès payant) illustre cet aspect des choses autant que la nécessité de récupérer une part plus grosse du gâteau même pour une entreprise florissante comme YouTube.

Car si selon la société de veille eMarketer les revenus liés à la publicité liée sur Internet passeront de 2,93 à 4,14 milliards de dollars entre 2012 et 2013, la proportion serait toujours minime:  2,4% de la totalité des dépenses de publicité aux États-Unis par exemple.

YouTube : le sceau du secret

Si la raison de cette transition de la plateforme de diffusion est intelligible et que la volonté de se rapprocher des géants de l'audiovisuel comme CBS ou Viacom et de concurrencer les opérateurs déjà en place comme Netflix ou Hulu, les implications techniques et les contours de ces changements restent encore flous.

Si l'information est diffusée massivement, il semblerait qu'aucun officiel de l'entreprise américaine n'ait pris la peine de donner des précisions auprès de médias, et ce malgré l'imminence (supposée) de ce changement. Le sceau du secret ? L'hésitation sur quelques détails ?

Plus encore, c'est une question de faisabilité qui se pose : car qui dit diffusion, dit connexion massive et donc la nécessité d'implémenter quelques changements dans le fonctionnement de la plateforme. Et là encore, on trouve lettre morte. Parait-il qu'on en saura plus bientôt.

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 07/05/2013

Copié

Pour vous :