Vint Cerf, un des pères d'internet, s'inquiète du manque d'anonymat sur la toile

À propos des évolutions de l'internet, en qui concerne l'anonymat sur la toile, Vint Cerf un des pontes du Web s'exprime. Des paroles pleines de bon sens. 

vint cerf

Vint Cerf, Ponte @ Internet et Google

Il est des personnalités qui ne parlent pas pour ne rien dire. Et surtout qui ne mâchent pas leurs mots. Vint Cerf est considéré comme un des pères d'internet pour son travail sur le protocole TCP / IP, pré-requis à la création et au développement de pareil réseau. Agé à présent de 69 ans, il travaille pour Google, répond au titre de "Chef évangeliste d'internet" mais ne manque d'exprimer ses doutes sur les évolutions contemporaines d'internet. Même quand ces commentaires visent la firme qui le rémunère.

Publicité

Vint Cerf : Chef évangeliste d'internet

Publicité

Car selon Vint Cerf, le world wide web ne va pas forcément dans le bon sens. En particulier en ce qui concerne l'anonymat sur la toile.

C'est en effet une des questions qui se posent de manière récurrente à l'heure de la multiplication des réseaux sociaux et de l'exploitation des données personnelles. Et elle se pose depuis quelque temps maintenant. En 2011 Google + encourageait déjà la transparence au niveau de l'identité numérique suivant la droite lignée que Facebook avait initiée. A l'époque l'accord de deux des firmes les plus influentes du web inquiétait au plus haut point.

Capture d'écran de la FAQ de Google +

Publicité

Car le scientifique constate : la culture des pseudonymes s'efface peu à peu pour faire place libre à celle de la collusion entre l'identité réelle et numérique. Et bien que Vint Cerf reconnaisse l'utilité de cet état de fait dans certaines situations (notamment marchande), celui-ci ne doit pas pour autant être obligatoire.

L'utilisation de la vraie identité est utile. Mais je ne pense pas que cela doit être imposé aux gens et je ne pense pas que c'est ce que nous faisons

Dans cette interview donnée à l'agence de presse Reuters, outre la dangerosité des informations présentes sur les réseaux sociaux, notamment pour ce qui est des pays où sévissent une répression sévère, c'est un propos simple et posé que l'homme de 69 ans développe.  Sur internet, personne ne doit imposer quelque norme que ce soit à propos de l'anonymat. Un peu de bon sens.

Publicité

Réseaux sociaux : l'anonymat en question

Et ces orientations vont à l'encontre de ce qui se passe actuellement. Facebook a par exemple remporté une bataille judiciaire sans précédent il y a près d'un mois de cela en Allemagne (à propos de l'utilisation des pseudonymes sur le réseau) et l'entreprise ne se prive pas de prohiber les pseudonymes. En guise de justification, toujours les mêmes arguments : la collusion entre l'identité réelle et numérique civiliserait les commentaires, les utilisateurs réfléchissant à deux fois avant de commenter de manière peu policée. Frederic Wolens, porte parole de l'entreprise déclarait ainsi :

Cette culture du vrai nom conduit à une meilleure crédibilité et à un environnement plus sain et plus sur pour nos utilisateurs. Nous croyons que l'utilisation des vrais noms permet aux gens de retirer le plus d'avantages possibles de l'utilisation de Facebook.

Et il n'y a pas d'exceptions. En 2011 par exemple, l'entreprise avait pris la liberté de changer l'intitulée du compte de l'écrivain Salman Rushdie, en imposant l'utilisation de son prénom "civil" Ahmed. L'écrivain des Versées Sataniques a néanmoins fini par l'emporter au terme d'une croisade sur Twitter.

De son côté Google encourage l'utilisation de son patronyme que ce soit sur Plus, Play ou YouTube au travers un longue Foire Aux Questions mais permet celle de pseudonyme : par exemple depuis 2012 il est possible de créer un compte Google + sans le lier à Gmail ou YouTube et permettre ainsi de ne pas se dévoiler trop sur la toile. L'entreprise a tranché pour une positions médiane. Et Vint Cerf a sans nulle doute pesé sur la décision.

On vous conseille également : 

Source : NUMERAMA / REUTERS

Par Tomas Statius, publié le 11/03/2013

Copié

Pour vous :