Habemus Twitter : de l'activité des cardinaux sur les réseaux sociaux

A la suite de la démission de Benoit XVI, les tractations commencent et pas uniquement dans l'ambiance feutrée du plus petit état du monde mais également sur la toile. Sur Twitter et Facebook.  

twitter

Le prochain concile pontifical couronnera-t-il un cardinal rompu à l'utilisation des réseaux sociaux ? La question reste entière. Pour autant un tour d'horizon rapide de l'activité des différents prétendants à la magistrature de pierre sur Twitter ou Facebook semble éclairant. Pour percevoir l'importance prise par le numérique. Même dans un milieu où rien ne semble changer.

Publicité

Feu de paille ?

Publicité

Une précision d'abord. Au Vatican, l'utilisation des réseaux sociaux est encore limitée à une poignée de cardinaux. En effet, selon le site Mashable, seulement 17 sur 155 cardinaux sont inscrits sur Twitter pour une utilisation diversifiée. Même après la création d'un tweeter officiel du pape (compte clos mais dont les tweets ont été archivés ).

En effet sur le créneau, ils sont peu pour l'instant à être actif. Un exemple : un des favoris, le cardinal ghanéen Peter Turkson, a activé son tweeter (ce qui est à signaler) le 28 février dernier pour un total de... 6 tweets.

Publicité

Capture d'écran du compte @TurksonCardinal

D'autres à l'approche de l'élection pontificale ont décidé de suspendre leur activité sur le réseau social comme le français Jean-Louis Tauran ou l'italien Tarcisio Bertone. Peur de l'exposition ou de la bourde ?

Twitter / Facebook : Hall of Fame pontifical

Ils sont donc une poignée à avoir fait du réseau une manière de communiquer autour de leur image mais aussi d'interagir avec les fidèles. C'est le cas de Monseigneur Wilfrid Napier qui partage avec ses 5000 followers ses impressions sur cette période de latence entre deux mandats pontificaux.

Publicité

Pour autant selon le spécialiste italien dans l'analyse des réseaux sociaux, Decisyon, 85% de l'activité des cardinaux sur Twitter et Facebook serait produite par trois cardinaux : Timothy Dolan de New York, Luis Tagle de Manille et Gianfranco Ravasi..

Le faux : Gianfranco Ravasi

D'abord : le cardinal italien Gianfranco Ravasi, fort de ses 42000 followers étale son aisance citant Kafka et Amy Winehouse avec à-propos et s'essaie même à tweeter en grec. Néanmoins selon le média italien Oggi, âgé de 70 ans, sa sainteté ne posséderait pas d'ordinateurs (et encore moins de téléphones intelligents), et donc ne se chargerait en aucune manière de son compte. Ce qui limite la performance.

Capture d'écran du compte @CardRavasi

Le controversé : Timothy Dolan de New York

Sur la seconde marche du podium, le cardinal Timothy Dolan de New York dont la réactivité (retweet de ses interviews et d'articles de presse) est à remarquer. Autre traits particuliers : #1 de la blacklist de l'association SNAP (pour Survivors Network of Those abused by Priests) sur l'implication des gens de robes dans des affaires de pédophilie.

Capture d'écran du compte @CardinalDolan

Le champion : Luis Antonio G. Tagle de Manille

Le champion enfin. Le cardinal Luis Tagle de Manille fait figure d'épouvantails quand il s'agit des réseaux sociaux. 125 000 likes sur facebook pour une page animée, alimentée d'interviews et de commentaires à intervalles réguliers.

Capture d'écran de la page Bishop Luis Antonio G. Tagle

Outre sa maîtrise de l'outil, celui-ci fait figure à l'heure actuelle d'un candidat sérieux en raison du soutien de l'association SNAP.

En attendant la fumée blanche.

Source : MASHABLE

Par Tomas Statius, publié le 08/03/2013

Copié

Pour vous :