C’est le jeu de plate-formes Super Mario 64 qui a servi de base aux chercheurs.

Jouer aux jeux vidéo augmenterait la taille du cerveau

Une fois pour toutes, cessez de vous moquer de vos amis gamers. Le Journal du gamer rapporte que des chercheurs de l'Institut pour le développement humain Max Planck et l’université de médecine Saint Hedwig-Krankenhaus ont travaillé main dans la main pour déterminer l'effet des jeux vidéo sur la plasticité de la structure cérébrale. L'étude qui en a découlé, publiée dans Nature, montre bien une différence significative entre les non-joueurs et les gamers.

Les jeux vidéo, la science l'a déjà prouvé, stimulent l'activité cognitive et motrice et peut être étudiée "comme un entrainement intensif de différentes aptitudes humaines", comme le postulat de l'étude atteste. L'expérience consistait à faire jouer à Super Mario 64 vingt-trois adultes âgés de 24 ans en moyenne. Ils se sont exécutés pendant au moins une demi-heure par jour durant une période de deux mois.

jeux vidéo

C'est le jeu de plate-formes Super Mario 64 qui a servi de base aux chercheurs.

Publicité

"Augmentation de matière grise"

Publicité

Comparés à un autre échantillon d'individus non-joueurs, ils ont remarqué que ceux qui jouaient au célèbre jeu sorti en 1997 en Europe montraient "une augmentation significative de matière grise" dans trois parties du cerveau : la formation droite de l’hippocampe, la partie droite du cortex dorsolatéral préfrontal ainsi que le cervelet (de manière bilatérale).

Et justement, ces régions du cerveau  sont celles en charge de "la navigation dans l’espace, le travail de mémoire, les performances motrices et l’organisation stratégique". Aussi, ce n'est pas seulement le jeu en lui-même qui développerait ces compétences, mais simplement la perspective de jouer : l’étude signale que ces changements étaient plus remarquables au fur et à mesure que le désir de jouer augmentait chez les participants.

Bonnes nouvelles

Simone Künh a dirigé les recherches. Elle décrypte les bonnes nouvelles qui résultent de ce travail : "Alors que de précédents travaux ont montré les différences de structure du cerveau chez les joueurs, cette étude tend à démontrer le lien direct entre le jeu vidéo et l’augmentation volumétrique du cerveau. Cela permet de prouver que des régions spécifiques peuvent être entraînées grâce à ce média."

Publicité

Au passage, cette étude pourrait, selon les chercheurs, aider les personnes souffrant d'Alzheimer, dont l'un des symptômes est la réduction de la taille du cerveau : des personnes de 50 ans et plus aussi ont vu leurs fonctions cognitives stimulées par la pratique de jeux vidéo. Une fois pour toutes, cessez de vous moquer de vos amis gamers.

Par Théo Chapuis, publié le 07/11/2013

Copié

Pour vous :