Instasham : l'Instagram du pauvre

 Si ta vie est trop cheap pour Instagram, va sur Instasham. Tu connais pas Instasham ?

instasham

"Allo, non mais allo quoi ! T'as une vie de merde et tu connais pas Instasham ? C'est comme j'te dis, t'es un hipster et t'as pas Instagram ! ". Si Nabila connait Instasham, c'est qu'il y a de grandes chances que ça ne serve pas à grand chose et, effectivement, on ne s'y trompe que peu.

Publicité

Concrètement, Instasham, c'est un Instagram du pauvre, basé sur le même principe que la célèbre application photos à la différence qu'il met à disposition des images déjà instagramées, "cool x tendance", pour permettre à l'utilisateur de s'inventer une vie géniale. Ainsi, fais croire depuis ta chambre que tu es à Miami avec pleins d'amis. YOLO.

Shame ta vie

Instasham.me est un site qui permet à ceux qui n'en ont pas les moyens de faire fantasmer les gens sur la vie qu'ils voudraient avoir mais n'ont pas. Plus fake tu meurs mais c'est le slogan de ce site :

If you can't make it, fake it.

Publicité

Vaste programme ! Ainsi, plusieurs images fake sont proposées pour ceux qui souhaitent être autant jalousés qu'ils jalousent ceux qui le font déjà par leurs propres moyens. Car l'envie est bien le propos.La bassesse du procédé n'a d'égale que le manque de confiance de certains.

Jetons un oeil sur quelques-unes des images proposées. Elles sont présentées en différentes catégories. Le pauvre a donc le choix entre des décors de lieux où il n'ira jamais, des objets déco et beauté auxquels il n'aura jamais accès ou des sorties entre amis qu'il n'a pas. Comment ça c'est cynique ?

Publicité

Le pauvre : "Moi aussi je prends l'avion"

La pauvre : "I'm a rich girl"

Le pas-d'amis : " Moi aussi j'ai des amis et une vie cool"

Publicité

A noter : le site précise que si un internaute tombe sur l'une de ses photos, qu'il envoie un mail plutôt que de "faire intervenir la justice". Ce site est charmant !

Derrière Instasham

La vie numérique a exacerbé le sens de la réputation et du "bien vu". De sorte que ce que l'on donne à montrer de soi sur le web a tendance à dépendre de plus en plus de ce que l'on pourrait appeler "l'indice de perceptibilité". A savoir la façon dont les autres vont interpréter et percevoir nos données.

Par exemple, si nous postons fréquemment des images de soi avec nos amis, cela met en exergue ou laisse supposer une vie sociale assez intense. Autre exemple,sur Twitter, de ce tweet-type que tout le monde a vu au moins une fois dans sa TL :

Je file à un RDV , j'arrête pas depuis ce matin. Aimerais avoir le temps!

Si je prends le temps d'écrire que je n'ai pas le temps c'est que mon intention est clairement d'afficher une vie professionnelle dense. Ce qui laisse fantasmer un certain idéal sociétal:

Statut de businessman, argent, bel appartement-homme moderne/Pub Mennen.

Notons que cette définition de la "vie professionnelle dense" n'est pas forcément la vôtre mais dans l'imagerie commune, être un businessman est un concept classe. On est d'accord que tout cela relève du cliché pur mais c'est ainsi que la société aime à se sublimer, un rouge à lèvre brillant posé sur ses lèvres muettes.

Dès lors, nous n'existons pas dans la vraie vie comme nous existons sur le web si tant est que nous existions vraiment en zone virtuelle. Ce qui compte dans l'image ce n'est pas l'image elle-même, c'est ce qu'elle laisse fantasmer on l'a bien compris mais la vérité est ailleurs.

Les meilleurs moments de nos vies ne sont de toute façon pas ceux que l'on instagrame. Bien souvent, plus le moment est bon, plus on oublie l'appareil photo. En clair, Instagram ou Instasham, c'est pareil.

On vous conseille également : 

Crédits photos : Instasham / DR

Par Afifia B, publié le 15/03/2013

Copié

Pour vous :