AccueilÉDITO

Un hacker pirate le mur Facebook de Mark Zuckerberg

Publié le

par Théo Chapuis

Depuis qu’on a hacké son mur, quelque chose s’est brisé en Mark Zuckerberg.

Un hacker palestinien a hacké le mur Facebook de Mark Zuckerberg. Ses intentions n'étaient pas hostiles, au contraire : c'est le seul moyen qu'il a trouvé pour avertir les ingénieurs d'un bug important.

Depuis qu'on a hacké son mur, quelque chose s'est brisé en Mark Zuckerberg.

Il y a des hackers de toutes sortes. Ceux prêts à tout pour rentabiliser un maximum leurs compétences, coupables d'escroqueries diverses sur la Toile... et ceux qui pensent que la communauté doit pouvoir bénéficier de l'or qu'ils ont entre les doigts. L'un de ces types se nomme Khalil Shreateh, il est Palestinien et jusqu'à il y a quelques jours, il était bien décidé à utiliser n'importe quelle voie légale pour prouver à Facebook qu'il avait trouvé une importante faille de sécurité dans son réseau.

Selon lui, il est possible de publier sur le mur de qui que ce soit, même un profil non-"ami". Après un échange de mails tout à fait vain avec le White Hat de Facebook (la plateforme de sécurité et de surveillance des bugs informatiques), Khalil ne voit pas d'autre solution que de hacker le compte personnel de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, afin d'être enfin pris au sérieux.

Cher Mark Zuckerberg, désolé d'empiéter sur votre vie privée en publiant sur votre mur, mais je n'avais pas d'autre choix après tous les rapports que j'ai envoyés aux équipes de Facebook...

Voilà l'introduction de son post sur le mur de Zuckerberg, publié le 15 août. Khalil Shreateh aura tout tenté avant d'en arriver à de telles dispositions, d'autant que le Whitehat de Facebook récompense de 500$ minimum chacune des découvertes de failles importantes. Relatée sur son blog, la discussion entre les ingénieurs de Facebook et lui-même prouve à quel point ils n'ont rien vu venir... et prouve qu'il a cherché à être honnête jusqu'au bout. Voici une capture d'écran de son message sur le mur de Mark Zuckerberg.

Cliquez pour agrandir.

Malheureusement, pour toute récompense, le hacker palestinien s'est vu supprimer son compte (voici un lien vers son nouveau compte). Évidemment, Facebook lui a refusé les 500$, arguant qu'il a tout bonnement violé les conditions d'utilisation du réseau. Mais forte heureusement, la communauté a récompensé le hacker à l'aide d'une levée de fonds sur le site GoFundMe. Résultat ? 11 000 dollars ont été rassemblés en moins de 24 heures. L'initiative, portée par un expert en sécurité,  Marc Maiffret, a porté ses fruits.

Khalil Shreateh a réussi son coup.

On vous conseille également : 

À voir aussi sur konbini :