AccueilÉDITO

Facebook : "pédagogie renforcée" auprès des mineurs

Publié le

par Théo Chapuis

La « pédagogie renforcée » de Facebook fonctionnera-t-elle ? (Crédit : LEVY BRUNO/SIPA)

Changement des paramètres de confidentialité pour Facebook. Le 16 octobre, le réseau social annonce que les messages publiés sur Facebook par des mineurs ne seront désormais visibles "par défaut" que par leurs seuls "amis", et moins facilement par leurs "amis d'amis" grâce à un nouveau paramétrage.

Toujours interdite aux moins de 13 ans, la plateforme au 1,2 million d'utilisateurs compte ainsi faire preuve de "pédagogie renforcée" auprès de son jeune public. Dans les faits, que se passera-t-il ? "Avant de valider un partage "public", les jeunes utilisateurs recevront une notification (pop-up) leur rappelant explicitement que leurs publications seront visibles par tous et leur précisant les implications de ce changement", explique Facebook.

La "pédagogie renforcée" de Facebook fonctionnera-t-elle auprès des ados ? (Crédit : LEVY BRUNO/SIPA)

Concrètement, rien n'empêchera donc un jeune âgé de 13 à 17 ans de partager un contenu auprès d'une communauté étendue : "Comme toujours, les adolescents pourront contrôler totalement l’audience de leurs publications au moment de la publication ou à tout autre moment grâce à la fonctionnalité "historique personnel", comme le précise le communiqué.

En Californie, "droit à l'oubli" pour les mineurs

Cette question de l'image des mineurs sur les réseaux sociaux commence à faire son trou. On l'apprenait en septembre dernier, en 2015, le droit à l’oubli sur Internet sera une réalité pour les mineurs de l’État de Californie. Cette loi marque une prise de conscience des contenus embarrassants que peuvent parfois poster les jeunes sur Internet… et le regretter par la suite. James Steyer, fondateur de Common Sense Media,explique à Sfgate.com : "Des erreurs peuvent marquer des jeunes pour la vie et leur empreinte numérique les suivre où qu’ils aillent."

Comme le Monde le raconte, en mai, une étude réalisée par l'institut Pew avec le Centre Berkman de l'université Harvard, aux Etats-Unis, montrait que les adolescents américains partageaient de plus en plus d'informations personnelles sur les réseaux sociaux comme Facebook. Paradoxalement, l'étude montrait aussi qu'ils faisaient en sorte de protéger leur vie privée.

91 % des personnes interrogées en 2012 – 800 jeunes âgés de 12 à 17 ans avec leurs parents – avaient déjà publié une photo d'elles-mêmes sur un réseau social, contre 79 % en 2006. Près de 71 % d'entre eux indiquaient également la ville où ils habitent (49 % en 2006), 53 % leur adresse mail (contre 29 %) et 20 % leur numéro de téléphone portable (contre 2 %). Cependant, 60 % d'entre eux choisissaient de paramétrer leur profil Facebook en mode "privé". Tout n'est pas perdu.

À voir aussi sur konbini :