Cuba s'ouvre (enfin) à Internet

Cuba vient d'ouvrir 118 salles de connexion libre à Internet. Le pays, qui était quasiment interdit de Web, devrait en ouvrir d'autres prochainement.

cuba

J’ai accédé à Facebook, téléchargé de la musique et chatté avec ma famille en Italie.

Publicité

Voilà ce qu'a déclaré Luis à l'AFP, 18 ans, étudiant à La Havane. On aurait peiné à entendre ce genre de déclaration à Cuba quelques années plus tôt. C'est pourtant devenu une réalité : la république castriste vient d'ouvrir 118 "salles de navigation" Internet.

Jusque-là, les connexions étaient rarissimes, réservées à de rares universitaires, journalistes et scientifiques. Pour accéder à Internet, il fallait vous rendre dans un grand hôtel ou dans une administration. 7 à 10$ de l'heure, c'est ce qu'il en coûtait pour checker vos e-mails. Sur l'île, le salaire moyen se situe entre 15 et 20$ par mois. On ne vous fait pas un dessin.

Internet (presque) libre

Pour un pays dans lequel la presse étrangère n'est pas diffusée, le contraste est saisissant. Selon l'AFP, les autorités n'ont bloqué aucun site, ni même censuré les médias anticastristes installés à Miami. Seules les conditions d’utilisation rappellent que Cuba n'est pas tout à fait un pays comme les autres :

Publicité

Il est interdit d’utiliser des services nuisibles ou préjudiciables à la sécurité publique, l’intégrité, l’économie, l’indépendance ou la souveraineté nationale.

Bien que la connexion soit meilleure qu'auparavant, elle reste très chère pour les habitants. Son prix : 4,5 pesos cubains convertibles (abrégé CUC, soit 3,44 euros) de l’heure. Le service de courrier électronique ne coûte, lui, que 1,5 CUC (1,15 euro) de l’heure et la consultation de l’intranet cubain, 0,60 CUC (0,46 euro). Plus abordable.

Premier pas

Le quotidien espagnol El Pais analyse :

Publicité

Les connexions web pirates d’une part, et le développement de réseaux clandestins de distribution de contenus audiovisuels de l’autre, ont rendu vains les efforts cubains pour refouler de leur pays les torrents de kilooctets.

Officiellement, seules des raisons "technologiques et financières" expliquent la restriction de l’accès à Internet. Mais c'est un premier pas dans l'ouverture de Cuba au cybermonde. La semaine dernière, le vice-ministre cubain des Communications Wilfredo Gonzalez a affirmé :

Il est prévu que les Cubains puissent avoir une connexion chez eux, mais la priorité initiale, dans les circonstances actuelles, va aux points d’accès collectifs, afin de toucher le plus grand nombre de personnes avec le moins d’investissement possible.

Publicité

Hasta la coneccion siempre.

On vous conseille également :

Source : Écrans

Par Théo Chapuis, publié le 05/06/2013

Copié

Pour vous :