Peut-être un peu de l’étain qui se trouve dans votre smartphone a-t-il été récolté à mains nues par Febri Andika, cet enfant qui travaille dans les mines de Bangka. (Crédits : Friends Of The Earth)

Apple utilise-t-il de l'étain clandestin pour ses produits ?

Après une pétition appelant à plus de transparence sur la provenance de l'étain qu'il utilise, Apple a décidé d'enquêter de son côté sur les conditions de travail de ses fournisseurs sur l'île de Bangka, au large de la Thaïlande.

Peut-être un peu de l'étain qui se trouve dans votre smartphone a-t-il été récolté à mains nues par Febri Andika, cet enfant qui travaille dans les mines de Bangka. (Crédits : Friends Of The Earth)

En novembre 2012, l'association d’écologistes Friends of the Earth alertait sur la provenance opaque des matériaux utilisés dans ses produits. Pour ce faire, l'organisation avait lancé une pétition pour appeler la firme de Tim Cook à plus de transparence.

Publicité

La source de leur doute : que les produits Apple intègrent dans leur fabrication de l'étain extrait clandestinement ou dans des conditions particulièrement rudes dans les mines indonésiennes de l’île de Bangka, d'où 90% du métal indonésien est issu.

Apple mène l'enquête

Apple a toujours cherché à donner l'image d'une entreprise responsable. Pour garder la face, la boîte de tonton Steve s'est fendue d'un communiqué où elle assure vouloir faire preuve de sons sens de l'éthique. Elle a annoncé avoir dépêché une équipe sur l'île de Bangka pour "mieux comprendre la situation". 

Pour l'heure, il semblerait que "la situation" n'est pas au beau fixe pour les habitants de l'île de Bangka. "Les mines d'étain ont détérioré plus de 65 % des forêts et plus de 70 % des récifs coralliens de Bangka. Quinze rivières sont aujourd'hui contaminées par les déchets miniers et l'accès à l'eau potable est devenu un problème pour plus de la moitié de la population de Bangka" affirme le directeur de campagne des Amis de la Terre Indonésie à Kiagi.org.

Publicité

Il semblerait que l'exploitation à outrance des ressources naturelles de certains pays par d'autres soit encore loin d'être terminée.

On vous conseille également : 

Par Théo Chapuis, publié le 12/07/2013

Pour vous :