Apple accusé d'avoir violé le brevet d'une université

Encore une plainte et des accusations dans le monde impitoyable (et très rentable) des nouvelles technologies. Une fois n'est pas coutume, Apple est concerné. 

apple

Les procès qui entourent aujourd'hui les géants des nouvelles telchnologies se suivent mais ne ressemblent guère. Le dernier en date concernait notamment Apple contre Samsung. En 2012 un juré de neuf personnes condamnait le sud-coréen à verser une amende de 1 milliard de dollars pour des vols de brevets concernant les iPad et iPhone. Pas plus tard qu'au mois de juin 2013, rebelote : Apple était condamné pour avoir un peu trop copié sur sur son voisin de table, là encore Samsung.

Publicité

Cette fois-ci, Apple fait face à une toute autre plainte. Il s'agit de l'université de Boston qui affirme que la firme de Cupertino a violé l'un de ses brevets qui concerne la conception de l'iPhone 5, des MacBook Air et des dernières versions de l'iPad. Dans la ligne de mire, le nitrure de gallium et un concept appelé "738 patent". Un procédé de fabrication utilisé pour créer des écrans LED.

Plainte oblige, l'université de Boston demande des dédommagements à Apple dont une interdiction de la vente des appareils qui utilisent le procédé accompagné de compensations financières pour chaque terminal incriminé. Le problème, comme le précise The Verge, c'est que l'université de Boston n'a jamais utilisé son procédé à des fins commerciales. Il faut aussi savoir que le brevet 738 expirera à la fin de l'année 2014. Des informations qui ne devraient pas donner trop de mal à Apple pour s'en sortir en cas de procès.

Par Louis Lepron, publié le 05/07/2013

Copié

Pour vous :