AccueilFood

On a testé Sweetgreen, le bar à salade américain… coté en Bourse

Publié le

par Julie Morvan

De passage en Californie, on est allés vérifier si l’engouement pour la franchise de bar à salade était (sur)coté.

On a testé Sweetgreen, le bar à salade américain… coté en Bourse

Cette semaine, un bout de Konbini s’est aventuré de l’autre côté de l’Atlantique, en Californie. Quand on nous a recommandé d’aller tester un bar à salade, honnêtement, on était moyen chauds. Après un réveil (très) matinal à cause du décalage horaire et une longue marche dans San Francisco, est-ce que de la verdure en bol – aussi qualitative soit-elle – allait vraiment nous rassasier ? Spoiler alert : oui. Et ça a même fait l’unanimité.

Si la chaîne américaine de bar à salade Sweetgreen ne compte aucun restaurant en France, aux États-Unis, c’est une véritable institution. En 2018, Forbes dénombrait déjà une petite centaine de restaurants étalés sur huit États différents. Si bien que l’entreprise a réussi à lever plus de 200 millions de dollars et que sa valeur totale serait supérieure à 1 milliard de dollars. Tout ça pour un bar à salade.

Mais elles sont bonnes au moins, ces salades ? Direction le 171 East 2nd Street pour en avoir le cœur net. Il est l’heure du déjeuner, de nombreux hommes et femmes d’affaires remplissent déjà les lieux. Certains mangent à table, d’autres carrément assis sur une marche dans un coin de la salle, la boîte sur les genoux. Côté choix, c’est la fiesta : entre les bowls chauds, les salades froides et les plats complets, on peut bien passer cinq minutes à hésiter devant le menu.

Nous passons commande, suivons le maître saladier (oui, oui, on a inventé ce terme) de bac en bac jusqu’à celui de la laitue, qu’il hache en morceaux à l’aide de grosses pinces. Puis direction le parc Yerba Buena Gardens pour un festin au soleil sur l’herbe. Voici notre verdict de cette dégustation.

À voir aussi sur Konbini

Julie : Guacamole Greens

Je pars avec quasiment zéro attente : à part les salades Sodebo aux pâtes jaune fluo et leurs gressins secs que je m’enfilais à la pause déj’ du lycée, je n’ai jamais été une grande consommatrice de salades composées. Autant dire qu’on part de très loin niveau salade deluxe.

J’opte pour la Guacamole Greens, à base de salade romaine, de poulet rôti et des légumes que l’on retrouve dans les bons guacamoles : tomates, oignons rouges et, bien sûr, avocats. Ces derniers sont servis tout frais : on les ouvre et on les évide devant moi. Le tout est twisté par des morceaux de chips tortilla, du jus de citron et une vinaigrette citron vert, coriandre et jalapeño.

Outre la compo plus que prometteuse, j’ai aussi opté pour cette salade en raison de son label “Popular”. Je ne suis pas déçue : elle est délicieuse, les petits morceaux de chips apportent du croustillant, la sauce lie le tout bien comme il faut, et surtout, c’est – étonnamment – consistant.

Note : 8/10

Pierre : Chicken Pesto Parm

L’avis que j’attendais le plus côté appétit. Parce que Pierre est capable de s’enfiler deux pizzas d’affilée sans broncher. Autant vous dire que le rassasier quand il a faim, c’est un sacré défi. “C’est trop bon, très équilibré”, déclare-t-il. D’autant plus que selon lui, ce n’est pas évident de tomber sur des légumes avec du goût à l’étranger : “C’est souvent à double tranchant.” Si Pierre ne laisse pas une miette dans son bol, il ne grignote aucun side ensuite non plus. Pari réussi.

Note : 8/10

Hugo : Kale Caesar

Aux trois quarts de son plat, Hugo avoue aussi être très surpris par la quantité. Pour le même prix que le triste menu burger-boisson-frites commandé la veille dans la nuit, “ça cale bien et c’est généreux en proportion”. Le petit zeste subtil de citron s’illustre aussi dans cette salade : “Le citron fraîchement pressé, ça carry bien” – oui, c’est vraiment l’expression qu’il a utilisée. Si vous trouvez dans quel célébrissime jeu vidéo on l’emploie, vous êtes des vrai·e·s. Indice : en bon français, on parle aussi de “supports”.

Note : 8/10

Léo : Crispy Rice Bowl

Léo avait assuré ses arrières : en plus de son bol chaud, il avait aussi commandé des sides. Des morceaux de patate douce rôtie nature, servis avec une sauce piquante au miel et à la moutarde. Choix prudent, même s’il adhère avec le reste du groupe : rien que le plat est déjà tout à fait consistant. “J’ai même plus faim pour les sides, déclare-t-il. Un très bon plan pour manger autre chose que des burgers aux États-Unis, conclut-il.

Note : 7/10

Paul : Harvest Bowl

La qualité de cet autre bol chaud est davantage saluée par notre cinquième testeur : “C’est bon, il y a du goût.” Le poulet rôti, les légumes, les amandes, le fromage de chèvre, le riz, mais aussi la petite sauce vinaigrette qui accompagne le tout à merveille. Seul bémol : trop de kale par rapport aux autres ingrédients.

Note : 7,5/10

Bon, c’est loin d’être un sans-faute : il faut bien compter 10 dollars pour une salade – même si la qualité des produits semble valoir le coup. On ne sait pas si on retournera chez Sweetgreen, mais une chose est sûre, vu l’engouement, l’action a de beaux jours en Bourse.