AccueilFood

On a testé le premier Popeyes parisien, le fast-food au sandwich qui a rendu fou l’Amérique

Publié le

par Pharrell Arot

Le premier resto parisien de la marque ouvre ses portes le 1er février.

On a testé le premier Popeyes parisien, le fast-food au sandwich qui a rendu fou l’Amérique

(© Konbini)

Le 10e arrondissement, la Mecque du fast-food ? Après la petite plaque célébrant la commande de Kanye West et Kim Kardashian sur une borne automatique au KFC de SSD, c’est le géant du poulet frit épicé Popeyes qui s’invite aux abords de la gare du Nord à la place de l’ancien – plus ou moins regretté – Buffalo Grill. Mais pourquoi on s’intéresse à une énième ouverture de fast-food ? Parce que l’arrivée de Popeyes est, il faut l’avouer, un petit événement.

À l’été 2019, comme l’avait parfaitement raconté à l’époque notre éminent journaliste food Robin Panfili, le “spicy chicken sandwich” de Popeyes avait littéralement lancé une “guerre” du sandwich au poulet entre les grandes enseignes de fast-food américaines. Celui de Popeyes, nouveauté à la carte à l’époque, provoque des queues gigantesques et les petits buns garnis de poulet frit de la franchise née en Louisiane se revendent même sous le manteau plusieurs centaines de dollars à la manière d’un drop Supreme.

Depuis, toutes les franchises y sont allées de leurs itérations, “obligeant” les très sérieux journalistes de Eater ou du LA Times à des tests exhaustifs réguliers.

Mais alors, elle vaut le coup, cette petite excursion américaine à Paris ?

À voir aussi sur Konbini

Ce mardi matin, on est donc allés, en avant-première, dans les cuisines du restaurant pour se préparer un petit “chicken sandwich”. Bun toasté, poulet français mariné – plongé ensuite dans le buttermilk, dans la farine, puis dans la friteuse. Spicy mayo, deux cornichons, et c’est tout. Bien sûr, l’assaisonnement est “adapté” aux palais européens, ne comptez pas sur un feu incroyable, mais pour autant, accompagné de son biscuit en side très sudiste, on s’offre une petite bouchée d’Amérique plutôt réussie pour un effort de grosse franchise.

Est-ce que l’Internet français fera la queue chez Popeyes pour son ouverture le 1er février comme aux US en 2019 ? Peut-être pas. Mais toujours agréable de voir une petite madeleine outre-Atlantique s’installer chez nous, même si, on le sait, c’est la rareté qui fait le plaisir de ce genre de franchise – qui n’a pas perdu la hype du passage chez Burger King à cause de son retour au pays ?

Popeyes
9 boulevard de Denain, Paris 10