AccueilFood

On a testé la recette de “thon végan” à base de pastèque qui enflamme les réseaux sociaux

Publié le

par Pharrell Arot

Vous n’avez jamais mangé de pastèque des mers ?

On a testé la recette de “thon végan” à base de pastèque qui enflamme les réseaux sociaux

(© Konbini)

Jeudi dernier, ma collègue Cheynnes Tlili m’a envoyé cette vidéo qu’elle n’arrêtait pas de voir passer sur son feed Insta. Cette petite séquence rapide de recette, un style que l’on connaît tous, s’attaque à la dernière tendance du moment : tenter de transformer de la pastèque en jolis morceaux bien rouges et brillants rappelant des sashimis de thon. On a donc testé la recette, histoire de voir si ça valait le coup.

Ingrédients :

  • 1/4 de pastèque
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
  • 1 cuillère à café d’huile de sésame
  • 1 grosse poignée de furikake à base d’algues nori et sésame (ou 2/3 feuilles de nori)
  • du riz vinaigré
  • 1 oignon nouveau
  • des graines de sésame

(© Konbini)

(© Konbini)

Découper la pastèque en morceaux et les placer dans un saladier. Ajouter la sauce soja, le vinaigre de riz et le furikake. Utilisez plutôt des feuilles de nori si vous voulez garder la recette végane ou bien vérifiez que votre sachet de furikake ne contient pas de poisson séché. Mélanger, couvrir et laisser mariner une heure.

Placer les morceaux de pastèque marinée sur une plaque allant au four recouverte d’une feuille de papier cuisson. Enfourner 30 minutes à 180 °C. Sortir du four et laisser entièrement refroidir.

Assembler votre bol avec du riz vinaigré, vos morceaux de pastèque, l’oignon nouveau émincé, plus de furikake et un trait de sauce soja. Servir.

(© Konbini)

(© Konbini)

Le verdict ? Au visuel, les morceaux de pastèques sont bien brillants et ramollis comme un morceau de thon. Pour le goût, si le furikake apporte ses saveurs marines, on est forcément loin du thon, pas de magie. Pour autant, si vous avez envie d’une version végane qui reprend les codes de la version traditionnelle et que vous aimez la pastèque, vous pouvez foncer. Pour les autres, passez votre chemin, mais faites en sorte que ce chemin ne soit pas un commentaire sous cet article à base de “gningningnin pourquoi faire gningningnin ils ont qu’à manger des graines”, car la vie est trop courte pour s’énerver sur le contenu de l’assiette de votre voisin.

À voir aussi sur Konbini :