AccueilFood

Non, la pizza n’est plus le plat le plus livré à domicile

Publié le

par Robin Panfili

Et ce n’est pas un changement anodin.

Non, la pizza n’est plus le plat le plus livré à domicile

© NBC

C’est une drôle d’étude qui a atterri dans notre boîte mail, il y a quelques jours. Lancée par l’observatoire Datalicious, de la société de livraison Just Eat, elle révèle que le plat le plus livré à domicile en France n’est plus la traditionnelle pizza, mais le burger, suivi de près par la cuisine japonaise. La pizza, elle, se voit rétrogradée à la troisième place. Symbole d’une overdose pour cette spécialité italienne ou d’un mal plus profond ?

D’abord, ce classement est à mettre en perspective avec le contexte unique et particulier que nous traversons : une pandémie mondiale qui a contraint de nombreux Français à rester cloîtrés chez eux, et les a poussés à commander bien plus de nourriture à domicile que d’ordinaire, voire à découvrir ce mode de consommation.

Mais cette donnée ne doit pas cacher l’engouement réel et indiscutable du burger qui, en quelques années, a su se réinventer et se décliner de mille et une manières, partout en France et dans des proportions gigantesques, afin de plaire à tous : des fans puristes de smashed burgers aux végétariens, en passant par les amateurs de burgers dégoulinants.

“Le burger classique a le vent en poupe. Mais il bénéficie aussi de la multiplicité de ses déclinaisons, qu’il soit végétarien ou à base de bao au lieu des traditionnels buns”, analysait la directrice générale de Just Eat France, Méleyne Rabot, dans Les Échos. Aujourd’hui, l’offre de burgers sur les plateformes est effectivement pléthorique, prise d’assaut par de nombreux jeunes entrepreneurs, chefs confirmés et étoilés convertis à la street-food pendant la crise sanitaire, et autres dark kitchens qui ont pris, non sans opportunisme, toute la mesure de ce marché en pleine expansion.

L’étude nous apprend, par ailleurs, que c’est à Paris, Marseille, Toulouse et Lille que les livraisons à domicile ont le vent en poupe. L’âge des consommateurs a, lui aussi, pas mal évolué en quelques mois de confinement. Il oscillerait aujourd’hui, selon l’observatoire, entre 35 et 55 ans, à hauteur de 41 %, et 51 % de plus jeunes, âgés de 18 à 24 ans. Enfin, comme l’an passé, le jour où les commandes sont le plus nombreuses est… le vendredi.

À voir aussi sur Konbini :