AccueilFood

L’histoire de “Hank le Tank”, l’ours de 220 kilos qui sème la zizanie pour se nourrir de… pizza

Publié le

par Pharrell Arot

Supplément miel sur la quatre fromages, s’il vous plaît.

L’histoire de “Hank le Tank”, l’ours de 220 kilos qui sème la zizanie pour se nourrir de… pizza

(© Getty Images)

Hank est un gars comme les autres, il préfère les restes de pizza au petit dej qu’un smoothie de baies à la spiruline. Mais Hank n’est pas un millénial un brin déprimé, c’est un ours de plus de 220 kilos, qui sème la zizanie dans une bourgade américaine à la frontière de la Californie et du Nevada, au nom tout droit tiré d’un épisode de série des années 1990 : South Lake Tahoe.

“Hank the Tank”

Un nom de catcheur, un physique à intimider même les twittos qui pensent “qu’un ours en one-to-one, ça se gère grave”, mais probablement pas un mauvais fond malgré un casier recensant plus de 150 plaintes et des dommages importants dans plus de 38 habitations des alentours du lac. Si Hank se pointe dans les cabanes, chalets et autres maisons, ce n’est pas pour squatter le canapé, mais pour se bricoler un petit snack.

“C’est plus facile de trouver des restes de pizza chez les gens que d’aller se nourrir dans la forêt”, explique Peter Tira, le porte-parole du département californien de la vie sauvage, dans une interview au New York Times relayée par Food & Wine.

Chargement du twitt...

Malheureusement, avec son surpoids (il ne devrait afficher sur la balance un poids dépassant les 140 kilos) et ses frasques à répétition, Hank est maintenant dans de beaux draps. En plus de ne plus savoir comment se nourrir convenablement, si les autorités locales ne trouvent pas un habitat naturel convenable à sa vie d’ours brun, il pourrait risquer l’euthanasie. Avant d’en arriver là, les habitants de la région, avec qui il n’a jamais été agressif, sont invités à ne surtout pas laisser traîner de nourriture pouvant attirer Hank.

Mis à jour le 25 février : après une série de tests ADN, Hank aurait agit en bande (pas très organisée). Il ne serait pas le seul auteur des actes de vandalisme gloutons. Deux autres ours bruns auraient été identifiés, lavant d’une partie des soupçons notre bon copain Hank. Pour le moment, il ne risque donc plus l’euthanasie ou un déplacement forcé, mais l’ours serait tout de même toujours en cavale (sans trop le savoir car c’est un ours).

À voir aussi sur Konbini :