AccueilFood

Le vigneron italien qui produisait des vins à l’effigie de Hitler va (enfin) arrêter

Publié le

par Konbini

Le fils du vigneron à l’origine de cette idée a décidé de mettre un terme à cette production, "lassé par les polémiques".

Le vigneron italien qui produisait des vins à l’effigie de Hitler va (enfin) arrêter

© Twitter/ Brendan Wallace

C’était la polémique de trop. Le vigneron italien qui s’est fait connaître en commercialisant du vin à l’effigie de plusieurs personnalités historiques pour le moins controversées (Adolf Hitler, Francisco Franco, Joseph Staline…) vient d’annoncer qu’il allait finalement mettre un terme à cette “gamme” à partir de l’année prochaine.

La cave Vini Lunardelli, située dans le nord-est de l’Italie, s’est fait connaître pour ses étiquettes provocatrices en 1995. Aujourd’hui, les bouteilles sont disponibles à la vente dans près de cinquante boutiques à travers l’Italie, et totalement légales, à la différence de l’Allemagne ou l’Autriche, où leur vente est proscrite.

Si la gamme de vin fait régulièrement débat, elle a récemment pris des proportions inattendues. En vacances dans la région de Venise, à Jesolo, une médecin autrichienne est tombée nez à nez avec ces bouteilles en allant chercher du vin pour le dîner. Peu après, Dagmar Millesi a contacté des médias locaux autrichiens pour faire part de son étonnement.

“L’employée du magasin a déclaré que les Allemands aiment beaucoup acheter ces vins, et ils rencontrent clairement un grand succès là-bas, a-t-elle déclaré à Vice. La vendeuse s’est même amusée de mon indignation… Tout le monde s’en fout, personne ne l’interdit… Je n’arrivais pas à y croire.” Par le passé, plusieurs organismes, et même le gouvernement allemand, ont tenté de porter plainte et faire cesser la production de cette gamme de vin. En vain.

Il y a quelques années, déjà confrontée à une polémique, la cave Vini Lunardelli avait affirmé que les vins n’étaient pas “politiques”, mais plutôt une manière pour “se souvenir” de l’histoire. Une explication qui n’avait pas convaincu grand monde à l’époque, rapporte La Repubblica.

Le fils Lunardelli, qui s’apprête à prendre les rênes de la cave l’année prochaine, a annoncé qu’il mettrait un terme à cette gamme, se disant “lassé des controverses que le produit a alimentées au fil des années”, et précisant “qu’il n’aime pas cette gamme de toute façon”.

À voir aussi sur Konbini :