AccueilLifestyle

Dans le Nord, les friteries craignent une pénurie d’huile

Dans le Nord, les friteries craignent une pénurie d’huile

Image :

© Getty Images

avatar

Par Lisa Coll

Publié le

Va-t-on manquer d’huile pour nos plats préférés ?

Triste nouvelle pour les amoureux des frites, de chips, de margarine, de plats préparés ou de biscuits. Une pénurie d’huile de tournesol est potentiellement attendue dans les prochains mois. L’ONG Foodwatch a récemment indiqué, dans un communiqué, que c’était l’une des nombreuses conséquences de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie.

À voir aussi sur Konbini

“Deux tiers des importations françaises de tournesol proviennent d’Ukraine, principalement pour la fabrication d’huile et de tourteaux pour l’alimentation animale.”

Dans le nord de la France, les friteries n’ont pas caché leurs craintes face à ces pénuries à venir. “Mon fournisseur m’a dit qu’il y allait avoir une pénurie d’huile, a expliqué à BFM Lille Myriam Khoualed, dirigeante de la friterie Au petit festin à Lille. Même lui, il ne sait pas s’il sera livré. On est tous dans l’incertitude […], c’est la galère, là. Il faut absolument que je puisse travailler quand même.”

Pour l’heure, nous ne courrons cependant pas de risque sur les produits de consommation courante jusqu’à l’été, a assuré dimanche Michel-Édouard Leclerc, le patron du distributeur du même nom. “Des pâtes, il y en a. Pour l’huile de tournesol, nos stocks vont jusqu’à juin.” Mais certains commencent déjà à stocker.

Transparence totale ?

Si l’ONG dit comprendre “le caractère exceptionnel de la situation”, elle estime que “les consommateurs doivent être informés des changements d’ingrédients” et a lancé une pétition “exigeant la totale transparence”, via une information “en rayons” des magasins “et en ligne, pour chaque produit de façon transparente et sans délai”.

Chargement du twitt...

Le gouvernement a récemment affirmé que les industriels ont demandé de la “souplesse” sur les règles concernant l’étiquetage. “C’est un sujet sur lequel on continue de travailler avec les associations de consommateurs et les fédérations professionnelles” pour définir les critères de telles dérogations, a déclaré jeudi une source gouvernementale.