featuredImage

Raté : les gilets jaunes suisses n’étaient que 20 à manifester à Berne

En France, des milliers de gilets jaunes sortent dans les rues. Sur la Bundesplatz, il n’y en avait pas beaucoup ce samedi.

On l’annonçait comme le début d’un mouvement en Suisse. Mais finalement, une vingtaine d’hommes et de femmes (et un chien) en gilet de sécurité jaune se sont rassemblés devant le Palais fédéral de Berne pour soutenir l’élan initié en France et exprimer leur solidarité. Le but était de protester par la même occasion contre la politique suisse.

© Konbini

À côté d’eux, des patineurs dansaient sous la neige de la capitale, sans grand esprit révolutionnaire. Les gilets jaunes se tenaient debout dans la grisaille, parlant avec enthousiasme à la presse et aux passants intéressés. Presque tous parlaient français.

© Konbini

 

© Konbini

Mais le but de ce rassemblement, ce n’est pas seulement la solidarité envers la population française, affirme l’un des manifestants. En Suisse, les problèmes sont les mêmes qu’en France, bien que dans une mesure différente. On demande aux classes inférieures de payer sans arrêt, tandis que les 1 % les plus riches gagnent de plus en plus, comme nous le dit un manifestant :

"Si tu jettes une grenouille dans l’eau bouillante, elle sautera. Mais si vous la mettez dans une casserole d’eau froide et que vous le chauffez lentement, elle ne remarquera même pas qu’elle est en train de se faire cuire."

Le (quasi seul) manifestant germanophone espérait que l’action devant le Palais fédéral ne serait que le début d’un mouvement suisse basé sur le modèle français. Et il espérait également qu’il ne serait bientôt plus le seul de ce côté-là de la Sarine. La raison pour laquelle presque seuls les Romands se trouvaient sur la Bundesplatz est claire pour lui : l’événement n’a été mis en avant sur Facebook qu’en français.

Par Matthias Gräub, publié le 05/01/2019