En images : découvrez ce qu’on mangera en Suisse en 2029

Un repas à des années-lumière du Papet vaudois.

Soirée organisée à l’initiative de l’ONG lausannoise Empowerment Foundation, "le dîner du futur" s’est déroulé le jeudi 2 mai à Vevey, avec pour question principale celle de savoir ce que l'on mangera en 2029.

Le chef Gabriel Serero, cofondateur d’Emotion Food Company, a mis en œuvre quelques-unes des réalisations de ce dîner et se veut ludique dans sa démarche :

Publicité

"L’objectif de ce repas n’est pas d’imposer des mets types mais plutôt de représenter ce que nous allons devoir manger et sous quelle forme si notre société de consommation perdure d’ici 10 ans."

Présente lors de l’événement, Agathe Mathey, déléguée générale de La FoodTech, estime que d’ici une décennie, bon nombre de changements d’habitudes vont s’imposer à nous, tel que notre rapport à la consommation de la matière animale :

Publicité

"Il est bon de trouver des alternatives aux protéines animales par le biais de protéines végétales ou de viandes de synthèse par exemple."

Ou encore en matière de technologie :

"Au niveau du mode de livraison de nos produits, nous opterons pour un transport robotisé ou via des drones."

Publicité

Au menu, on pouvait notamment déguster un trio de bouchées apéritives à partir de denrées de divers continents. Tout d’abord l’Europe centrale, pour un retour aux sources, loin de l’industrie (thon suisse cru façon teriyaki, herbes de montagne, dip de légumes du jardin et kéfir fait maison, carottes, radis, fenouil, concombre et chou-fleur). Ensuite, l’Amérique du Sud, avec des mets mi-industriels, produits de la mer et de la terre (boulettes de bananes plantains, dip de tomates et persil, nuggets de poulet style KFC cajun, mayo acide et épicée, empanadas aux grillons, corn fritters au maïs blanc pour la décoration). Enfin, l’Afrique de l’Est, synonyme du partage et des recettes anciennes (beaucoup de pain à base d’eau et de farine, injera au teff, galettes à la farine ancienne, tomates du Sahara, mozzarella au lait de chèvre, œufs Tandoori sur la route aux épices).

via GIPHY

Publicité

Le premier plat est inspiré du mode de vie d’un jeune trader new-yorkais qui consomme son lunch en 12 minutes : sandwich au pain noir, farine de riz et charbon, avocat sans noyau, mélange d’épices entre BBQ et panang, tube de côtelette de veau et son Power Drink Detox au gingembre, paille sans plastique.

Le second plat se veut quant à lui respectueux du partage, de la copropriété, du coworking, et du co-living. Il s’agit d’un steak de bœuf grillé au charbon accompagné de légumes racines oubliés et colorés.

Et pour finir, une farandole de desserts aux textures modifiées, telle qu’une fraise au goût de… pêche accompagnée de son sorbet mojito, glace popcorn et meringue du dragon. Bref, maintenant que vous avez suffisamment l’eau à la bouche, place aux images :

 

©PJ.Codogno

 

©PJ.Codogno

 

©PJ.Codogno

 

©PJ.Codogno

 

©PJ.Codogno

 

©PJ.Codogno

Par François Graz, publié le 06/05/2019

Copié

Pour vous :