C'est parti : dès ce week-end, la Pride de Genève va marquer l'Histoire

Elle durera une semaine et pour combattre l'obscurantisme, et ce n'est pas de trop.

New York, 1969. Le Stonewall, bar gay emblématique de Greenwich Village, est pris d’assaut par la police. Toute la nuit, la communauté LGBTIQ+ résistera avec courage contre la violence policière. C’est le début des gay pride. 50 ans plus tard, à Genève, le hashtag #MakeHistory, devient le mot d’ordre de la quatrième édition qui se déroulera au bout du lac.

Après huit ans d’absence, l’événement voit les choses en grand. Au-delà de la traditionnelle marche des fiertés qui aura lieu le 6 juillet, c’est tout Genève qui revêt les couleurs de l’arc-en-ciel pour huit jours de fête et de lutte contre toutes les formes de discrimination à l’encontre de la communauté LGBTIQ+. 

Publicité

Du 29 juin au 7 juillet 2019, dans près d’une vingtaine de lieux à travers toute la ville et celle d’Annemasse en France voisine, on pourra s’enjailler sur des bons DJ set à La Gravière ou à L’Usine, mais aussi apprendre pour mieux comprendre les enjeux qui entourent la communauté LGBTIQ+ aujourd’hui.

On a beau être en 2019, des personnes se font encore tabasser pour leur orientation sexuelle ou expression de genre. Pire, le droit suisse ne reconnaît toujours pas les violences homophobes ou transphobes et, alors que le mariage gay et lesbien se démocratise dans plusieurs pays du monde, toujours rien dans les contrées helvétiques. 

Publicité

Entre une expo à ciel ouvert au parc des Bastions, performances, discussions, débats et projections, les organisateur·ice·s de la pride ont tout prévu pour qu’entre deux mojitos, on n’oublie pas le but de la manifestation : la visibilisation et la revendication des droits des LGBTIQ+.

Publicité

On pourra par exemple bruncher tranquillement tout en assistant à un show de drag-queens, participer à une messe LGBTIQ+ ou encore prendre part à des discussions autour du chemsex, en toute sécurité et sans jugement. Des dizaines d’ateliers sur les questions LGBTIQ+ dans la société, des témoignages, des conférences, des films mais aussi des artistes, des performers et des DJ pour vous faire danser toute la semaine. Pour faire durer la fête du 6 juillet, L’Usine proposera également un before et un after de la marche des fiertés pour que jamais la fête ne s’arrête. 

C’est peut-être ça, ce qui fait le succès des pride à travers le monde entier : cette capacité à se saisir des injustices subies pour les transformer en force dans une fête géante où seuls comptent l’amour et le respect. Qu’on soit hétéro, homo, cis ou transgenre, la semaine de la pride à Genève veut prouver qu’on peut s’amuser ensemble et que dans la fête et le partage, les frontières rigides de la société vieillissante n’ont plus raison d’être.

Le 6 juillet lors de la marche des fiertés et durant toute la semaine qui la précède, ce sera donc l’occasion d’en finir avec les discriminations et de se rendre compte que quels que soit notre genre ou orientation affective et sexuelle, on aime tous faire la fête. Le hashtag était donc bien choisi : cette nouvelle édition de la pride genevoise risque bien de marquer l’Histoire. 

Publicité

Par Régine Bucher, publié le 26/06/2019

Copié

Pour vous :