C’est officiel : Estavayer-le-Lac est la capitale romande du street art

Parce que les murs à tagguer ne se trouvent pas qu'à Lausanne et Genève.

La Broye est cette région éloignée des centres urbains, qui évoque au mieux un lieu de villégiature estivale, au pire une vaste campagne où règne un obscurantisme aussi médiéval que les bourgades qu'elle abrite. Pour faire taire cette idée reçue, depuis quelques mois, la région connaît un sursaut culturel inédit, propulsé par l’énergie de quelques autochtones, bien décidés à faire de la Broye l’épicentre artistique romand.

Publicité

Après l’ouverture d’un centre collaboratif artistique à Payerne, sa voisine fribourgeoise, Estavayer-le-Lac, voit les rues de sa vieille ville pittoresque se transformer en musée à ciel ouvert. "Artichoke", créé par des jeunes de la région, organise depuis septembre 2018, un itinéraire permanent d’art urbain qui révèle, mois après mois, des œuvres d’artistes suisses sur les murs de la ville. Pour la présidente de l’association, Helena Galera, ce projet, c’est surtout une occasion de rassembler les gens :

"On a eu un accueil formidable de la part des habitants de la ville. Ça nous tenait vraiment à cœur de pouvoir sensibiliser les gens à l’art dans une région où l’offre culturelle n’est pas très étoffée."

(© Artichoke/Serge Lowrider)

Publicité

De gigantesques fresques sur les façades de bâtiments trop gris jusqu’à l’investissement complet d’une ancienne boutique désaffectée du centre-ville, les artistes sont invités à déployer leurs créations sur d’immenses surfaces, ce qui ne manque pas d’attiser la curiosité et l’admiration au-delà des frontières broyardes.

Après avoir collaboré avec le Fribourgeois Serge Lowrider et le Lausannois L’Original, une nouvelle œuvre sera révélée au cours de la semaine du 11 mars 2019. Comme à chaque fois, il s'agit d'une surprise : elle sera réalisée par l’artiste LPVDA qui, utilisant la technique du street poncing, crée ses œuvres sur des supports en bois. Dans les prochains jours, une fusée de six mètres de haut devrait également apparaître quelque part en ville. En plus de la quinzaine d'oeuvres attendues d’ici cet été dans les rues d’Estavayer, Artichoke prévoit également l’organisation d’un festival de street art sur un week-end, du 5 au 7 juillet 2019. De la musique, de la danse, un marché artisanal, des DJ sets électro avec vue sur le lac : de quoi faire bouger tous les amateurs d’art jusqu’aux rives du lac de Neuchâtel.

Les membres d’Artichoke réussissent l’exploit de valoriser le tag ou la peinture murale auprès d’une population peu habituée à ce type d’art. Rassembleur et innovant, Artichoke pourrait bien faire d’Estavayer-le-Lac la nouvelle Mecque du street art.

Publicité

(© Artichoke)

Par Régine Bucher, publié le 05/03/2019

Pour vous :