Avec Oil Production, les films X éthiques débarquent enfin en Suisse romande

Il était temps.

Nous sommes en 2019 et il est temps de s’asseoir confortablement, de prendre une tasse de thé et de se l’avouer :

Tout le monde regarde du porno.

Publicité

Oui, TOUT-LE-MONDE. La personne qui est assise dans le train à côté de vous en ce moment a certainement tapé des obscénités dans la barre de recherche d’un site X pas plus tard que ce matin. Qui êtes-vous pour la juger ? Vous faites sans doute pareil. Alors qu’il y a quelques années encore, il fallait attendre que papa-maman soient couchés pour regarder les films cryptés ou patienter deux jours pour télécharger des œuvres plus "underground" sur eMule. L’Internet de 2019 accueille chaque mois plus de 72 millions de visiteurs sur ses sites porno.

Pourtant, si tous les êtres humains dotés d’une connexion Internet et d’une libido consomment du porno, il reste pour le moins tabou. Conséquences, le domaine reste exclu des débats et les actrices X, elles, sont insultées, humiliées et rabaissées constamment comme l’explique l’ancienne hardeuse Nikita Bellucci dans un entretien pour Konbini. Le porno mainstream tel qu’il est diffusé en majorité sur le Web est conçu par des hommes, pour des hommes hétérosexuels. Il ne prend pas en compte le désir des femmes et instrumentalise les diverses sexualités pour satisfaire celle des hommes.

Pour changer les choses, depuis quelques années, le porno dit "éthique" émerge sur la Toile. Ces productions se disent plus respectueuses des acteurs et actrices et proposent un contenu moins hétérocentré. En Suisse romande, c’est Oil Production qui joue le rôle de pionnière du genre. Composée de six filles, photographes et artistes, la société fait petit à petit son nid dans le monde du porno comme en témoigne Mahalia, membre du collectif :

Publicité

"Oil production est née en septembre 2018, on est donc tout jeune. Au départ, on voulait surtout créer un réseau en Suisse romande pour les gens du domaine mais on s’est vite rendu compte qu’il y avait un manque important d’éducation quant au porno éthique dans notre région. On a donc décidé de faire nos propres films."

Salaires convenables, conditions de travail adéquates et dialogue avec les actrices et acteurs, le consentement est au cœur des préoccupations d’Oil Production qui considère ses acteurs comme des "performers" :

"Consentement est le mot le plus important dans notre travail. Les scénarios que nous avons écrits sont toujours discutés avec les performers au préalable et il est à tout moment possible d’arrêter le tournage. Dans le porno mainstream, on entend souvent des histoires d’actrices qui doivent tourner pendant des heures sans une pause ni une bouteille d’eau. Ce genre de choses est inacceptable pour nous."

Publicité

En plus des conditions de travail, Oil production invite également les spectateurs à un porno plus diversifié avec des corps et des sexualités peu visibles sur les sites X habituels. Le but : ouvrir les esprits et satisfaire toutes les sexualités. Si le premier film d’Oil Production, Exodia (interdit aux moins de 18 ans), met en scène un acte hétéro, les productions en préparation s’orienteront vers la masturbation et les pratiques queer. Avec des scénographies artistiques et audacieuses, Oil production sort des sentiers battus du porno vite consommé, vite jeté.

"On fait en fonction de nos envies, avec le budget que nous avons. On est conscientes du rôle pédagogique que nous confère ce projet et on voudrait pouvoir toucher les gens sur les questions LGBT, féminisme, etc."

Publicité

Les débuts prometteurs de la petite production les amènent cette année jusqu’à la Fête du Slip, festival lausannois qui célèbre la sexualité sous toutes ses formes. Les six membres d’Oil Production présenteront leur travail aux visiteurs. Si vous ne savez pas quoi faire du 4 au 12 mai prochain, vous pourriez vous mettre au porno éthique. Allez, on ferme YouPorn.

Par Régine Bucher, publié le 26/04/2019

Copié

Pour vous :