featuredImage

Pourquoi Rose McGowan a décidé d'abandonner sa carrière d'actrice après #MeToo

Après ses révélations sur Weinstein, l'actrice serait blacklistée d'Hollywood et souhaite se tourner vers la réalisation.

Lorsque le New Yorker a dévoilé les agressions sexuelles en série commises par le producteur Harvey Weinstein sur des actrices et certaines de ses collaboratrices, la comédienne américaine Rose McGowan est devenue la cheffe de file du mouvement #MeToo, participant à libérer la parole des victimes et des femmes à Hollywood.

Parallèlement au mouvement, qui a rapidement pris une ampleur internationale, l’actrice a lancé sa "Rose Army" avec ses allié·e·s afin de "se battre pour la vérité". Des milliers d’internautes ont alors apporté leur soutien à Rose McGowan et appelé à ne plus jamais protéger et couvrir les agresseurs.

L’interprète de Paige dans Charmed s’est révélée très active sur les réseaux sociaux, engagée dans cette cause féministe, et a été l’une des premières à rompre la loi du silence en révélant qu’elle avait été violée par le ponte d’Hollywood. Le 14 octobre 2016, soit presque un an avant que l’affaire Weinstein n’éclate dans la presse, Rose McGowan participait à la campagne du hashtag #WhyWomenDontReport (pourquoi les femmes ne portent pas plainte) : 

Les faits remonteraient à 1997 et se seraient déroulés dans la chambre d’hôtel de Harvey Weinstein lors du festival de Sundance, alors qu’elle était âgée de 23 ans et était à l’affiche de Scream. Le prédateur sexuel lui aurait ensuite versé un règlement financier en échange de son silence.

D’actrice à réalisatrice

(© ‎Troublemaker Studios)

Rose McGowan serait, depuis des années, blacklistée à Hollywood pour avoir dénoncé le sexisme ambiant. La comédienne, qu’on a vue chez Gregg Araki, Wes Craven, Quentin Tarantino ou Robert Rodriguez, a confié à The Hollywood Reporter lors du Festival international du film d’Odessa qu’elle allait mettre un terme à sa carrière d’actrice pour se consacrer à la réalisation :

"Les gens n’ont pas été assez courageux pour me soutenir autant que je les ai supportés. Parce que j’ai aidé à assainir ce système, mais ils n’ont pas été courageux pour me soutenir en retour. Donc être actrice me manque, mais je sens que jouer, c’est du passé, notamment à cause du manque de soutien dont on m’a témoigné."

Après Citizen Rose, un docu-série de cinq épisodes sur la chaîne E!, et son livre Brave, Rose McGowan songe à deux films. Le premier serait une comédie d’animation baptisée Pomerania qui suivrait une chienne enfermée dans un placard. Lorsqu’elle en sort, elle devient reine du royaume, mais devra gérer une guerre avec Muttlandia, où vivent des chiens de toutes les races.

Deux salles, deux ambiances : dans un second temps, elle souhaite aborder, dans un projet intitulé Sleepwalk, les hantises d’une jeune femme atteinte de crises de somnambulisme qui lui font confondre les rêves et la réalité.

Encore très discrète sur ses deux films, la future réalisatrice semble vouloir prendre les choses en main et multiplier les projets indépendants. De ce fait, elle espère tourner Sleepwalk l’an prochain.

Par Lucille Bion, publié le 13/08/2019

Copié