featuredImage

Argent, chocolat, ponctualité : Paul Taylor s’attaque aux clichés sur les Suisses

Tout y passe dans la nouvelle série documentaire et humoristique du comique britannique.

Why Are The Swiss Crazy About Chocolate And Cheese ? (© Paul Taylor, via YouTube)

Après la géniale série What the fuck France, où il se moquait gentiment de l’art de vivre à la française, Paul Taylor signe depuis quelques mois son grand retour sur YouTube et Canal+, toujours sur le créneau des différences culturelles. Avec Stéréotrip, le plus français des humoristes anglais patrouille l’Europe pour enquêter sur les stéréotypes qui collent à la peau des peuples du Vieux continent, de l’Italie à la Suède.

Pour le troisième épisode de la série, Paul Taylor et son équipe se sont arrêtés au centre de l’Europe, que dis-je, du monde : la Suisse. Entre Lausanne et Zurich, Paul explore les quatre coins du pays pour fact checker les idées reçues sur la vie quotidienne des Helvètes, dans un documentaire disponible en partie sur YouTube et en entier sur My Canal.

Pour l’aider dans sa tâche, le comédien s’est entouré d’un panel d’experts aussi hétéroclite que pertinent : Alain Rebetez, ancien correspondant de la RTS au Palais fédéral et spécialiste de la politique suisse, Jean Ziegler, éminent sociologue engagé et vice-président du Comité des droits de l’homme pour les Nations unies, ainsi que Thomas Wiesel et Marina Rollman, les deux stars de l’humour romand qui se sont exportées dans toute la francophonie. Toutes ces personnalités ont aidé Paul Taylor et son équipe à mieux comprendre ce petit pays aux multiples cultures qu’est la Suisse.

Pendant 50 minutes, tout ce qu’on dit sur la Suisse à l’étranger est passé au crible, grâce à une réalisation léchée et l’humour sarcastique typiquement anglais de Paul Taylor. Même si le documentaire confirme, sans surprise, notre amour pour le fromage fondu, le chocolat et le niveau lamentable des Suisses romands en allemand (malgré neuf ans de Wortschatz obligatoire), il dégomme certains a priori, notamment à propos de la soi-disant richesse des Helvètes.

S’il est vrai que les plus grandes fortunes mondiales viennent alléger leurs feuilles d’impôts sur les bords de nos lacs, on apprend qu’environ 7 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. En suivant le quotidien d’une coiffeuse, on se rend compte que malgré les salaires élevés, une grande part de la population se serre la ceinture pour terminer les fins de mois, comme partout ailleurs. Pour définitivement démonter le cliché, Paul Taylor nous emmène faire un tour de Zurich, la ville la plus chère du monde, avec pour guide un SDF. Si la Suisse est le pays de l’argent, il est aussi et surtout celui des inégalités.

Après avoir revisité les idées reçues sur la ponctualité et la neutralité en filmant un match de tchoukball (si, si, ce sport qu’on était obligé de pratiquer au collège mais dont on n’a jamais compris les règles), le documentaire se termine sur une leçon de vivre-ensemble par Jean Ziegler et la promesse de Thomas Wiesel d’apprendre les rudiments du suisse-allemand. Qu’on se le dise : c’est quand même bien la lose de devoir baragouiner en anglais après seulement une heure de train dans son propre pays.

Entre un franglais digne des plus grands mèmeurs de ce monde et des guests en or, Paul Taylor rend la Suisse plus cool que jamais – malgré les clichés.

Par Régine Bucher, publié le 23/01/2019