AccueilBiiinge

Plongée dans l’âge d’or de la Terre du Milieu avec le chef décorateur du Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir

Publié le

par Marine Pérot

Pour Ramsey Avery, la série dérivée du Seigneur des anneaux nous permet de voir le monde de Tolkien sous un jour différent.

Plongée dans l’âge d’or de la Terre du Milieu avec le chef décorateur du Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir

© Amazon

La trilogie Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson se déroule lors du Troisième Âge de l’univers créé par J. R. R. Tolkien et nous présente un monde en déclin. Pour Ramsey Avery, chef décorateur pour Les Anneaux de pouvoir, la série Prime Video se devait d’être aussi compatible avec les films qu’avec le reste de l’imaginaire lié à l’œuvre de Tolkien :

“Ce qui était le plus important pour moi en concevant ce monde, c’était de m’assurer que nous avions ce sens profond de l’histoire et ce sens profond de connexion à toute la narration de Tolkien. On ne pouvait donc pas ignorer les films, car cela fait dorénavant partie de cette histoire. C’est maintenant ainsi que nous imaginons la Terre du Milieu.”

Les Anneaux de pouvoir se doit alors de garder en tête l’avenir de la Terre du Milieu tel qu’il est représenté dans la trilogie du Seigneur des anneaux afin de créer une continuité visuelle entre les deux œuvres, tout en établissant une esthétique propre à l’histoire que la série veut raconter.

L’ADN de la Terre du Milieu

© Hildebrandt / Ted Nasmith / Alan Lee / John Howe

De Tolkien en personne, en passant par des illustrateurs comme les frères Hildebrandt, Ted Nasmith, Alan Lee et John Howe, il existe de multiples interprétations de l’apparence des paysages et créatures de la Terre du Milieu. En abordant son travail sur Les Anneaux de pouvoir, Ramsey Avery a alors dû commencer par déterminer ce qui fait l’ADN du monde de Tolkien. Le directeur artistique décrit :

“Il y a toujours un aspect épique et sauvage, toujours un peu de rugosité sur les bords, et ce n’est jamais parfait et glorieux.”

Il continue en expliquant que concevoir les différents lieux des Anneaux de pouvoir a impliqué beaucoup de recherches, non seulement dans les écrits et illustrations de Tolkien et autres dessinateurs, mais aussi dans notre Histoire, pour dénicher les civilisations qui pouvaient inspirer visuellement les peuples de la Terre du Milieu. En effet, chaque peuple dépeint dans l’univers de Tolkien, que ce soit celui des Elfes, des Nains ou même des Piévelus, a une identité propre qu’il a fallu définir et mettre en valeur.

Puiser dans notre Histoire

Les Anneaux de pouvoir se déroule lors du Deuxième Âge, une époque majestueuse durant laquelle la Terre du Milieu est en pleine évolution. De ce fait, les lieux que l’on voit dans la série sont bien plus vivants et grandioses que ceux du temps de Frodon et la Communauté de l’Anneau. On voit même dans la série des endroits disparus lors du Troisième Âge, tels que l’île des Hommes de Númenor ou encore la cité des Nains de Khazad-dûm.

Pour Númenor, Ramsey Avery s’est inspiré de nombreuses anciennes civilisations pour donner à cette île une architecture imposante reflétant son importance et son pouvoir. Non seulement il a regardé du côté de la Grèce antique et de l’Empire romain, empruntant les formes de leurs architectures, mais il a aussi puisé son inspiration dans un passé encore plus ancien avec la cité de Babylone, le peuple de Sumer ou encore la civilisation minoenne de Crète.

© Amazon / New Line Cinema

On remarque également dans Númenor une volonté de montrer le monde des Hommes qui inspirera plus tard la construction du Gondor. Pour Ramsey Avery, le peuple des Hommes du Seigneur des anneaux est comme le fantôme de Númenor. Le chef décorateur souligne :

“Quand vous regardez Minas Tirith ou Osgiliath, toutes ces structures sont d’un blanc pâle, il y a très peu de verdure et elles n’ont pas l’air tout à fait vivantes. Nous voulions revenir en arrière pour notre Deuxième Âge afin d’apporter un réel sentiment de vitalité à travers beaucoup de couleurs. Partout où vous regardez à Númenor, il y a des plantes et des fleurs, de la verdure et de l’eau. Cela montre que le Deuxième Âge était une version beaucoup plus grandiose, belle et dynamique de ce que nous voyons dans les films.”

Des terres pleines de vie

© Amazon

Pour Ramsey Avery, chaque peuple de la Terre du Milieu se devait d’être représenté de manière distincte et reconnaissable. S’il y a un côté gothique et Art nouveau chez les Elfes, et une volonté de donner l’impression que le monde des Nains naît de la montagne, l’un des fils conducteurs que le chef décorateur voulait mettre en avant dans chacun de ces territoires est la notion d’âge d’or. Il explique :

“Tout est en harmonie, tout fonctionne, et l’amour des lieux se ressent partout.”

Il était aussi important pour lui de communiquer la vitalité de ces mondes. Pour ce faire, il a mis un point d’honneur à ce que chaque décor représentant un peuple soit accompagné d’eau, car l’eau représente la vie. D’un ruisseau dans le camp des Piévelus aux grandes cascades de Khazad-dûm et Lindon en passant par la cour de Númenor, il y a de l’eau partout… sauf chez les Orques. Avery ajoute :

“Il m’a semblé très important de donner ce sens de la vie à toutes nos scènes, et qu’au fil du temps, nous commencerions à retirer l’eau de ces mondes et qu’il y en aurait de moins en moins dans le récit visuel.”

Au final, Les Anneaux de pouvoir met en scène une Terre du Milieu bien plus éclatante que ce que l’on a pu voir auparavant. Au fur et à mesure des saisons, nous risquons de voir ce monde s’effriter petit à petit, mais pour l’heure, l’univers de Tolkien n’a jamais été aussi resplendissant à l’écran.

Les Anneaux de pouvoir est en cours de diffusion sur Prime Video.

À voir aussi sur Konbini :