AccueilArts

Un musée met à l’honneur les visions queers de sa collection d’œuvres d’art

Publié le

par Lise Lanot

Une expo pour questionner "depuis un point de vue queer, notre compréhension des pratiques artistiques d’aujourd’hui et du siècle dernier".

Un musée met à l’honneur les visions queers de sa collection d’œuvres d’art

© Art Gallery of Ontario/Cassils avec Robin Black ; Taylor Library and Archives/Don de la collection de Will Munro, 2011

Alors qu’ouvrait, en mai dernier, Queer Britain, le premier musée dédié à l’histoire et aux cultures queers en Grande-Bretagne, la Art Gallery of Toronto s’intéresse aux visions queers dans l’art canadien”. L’idée n’est pas simplement de visibiliser des artistes queers, mais de proposer une lecture sociétale des 150 dernières années depuis un point de vue décentré de l’hétéronormativité.

La curatrice de l’exposition, Renata Azevedo Moreira, précise que l’exposition se concentre sur “la façon dont les œuvres interrogent le statu quo de leur époque”. La dizaine d’œuvres exposées vise à questionner, “depuis un point de vue queer, notre compréhension des pratiques artistiques d’aujourd’hui et du siècle dernier”, ajoute la spécialiste d’art contemporain.

Frances Norma Loring, Dawn, vers 1948. (© Art Gallery of Ontario/Don de la collection de Frances Loring et Florence Wyle, 1983)

Les travaux proviennent des collections de l’Art Gallery of Toronto, musée qui souligne l’importance de mettre en valeur la culture queer et “la résistance et l’espoir” qu’elle porte en étendard. Le musée retrace l’histoire de cette culture et de la naissance du terme lui-même, autrefois utilisé comme une insulte à l’encontre des personnes gays, lesbiennes et transgenres, avant d’être “récupéré comme un insigne de fierté par des activistes militant contre les ravages du sida” dans les années 1980.

Si le musée rappelle que “toutes les personnes LGBTQIA+ ne se reconnaissent pas sous ce terme”, le cœur de la notion queer est lié à une remise en question des “normes sociétales” et “des systèmes binaires”, et ce “qu’importe les identités de genres et orientations sexuelles”.

En exposant ces œuvres sélectionnées de sa collection, le musée de la capitale canadienne rappelle les inégalités et violences d’hier et d’aujourd’hui. L’exposition insiste sur la nécessité de se créer des espaces sécurisants et des communautés qui permettent la libération de la parole, à travers, entre autres domaines, l’expression artistique.

Will Munro, Vaseline, 21 janvier, 2000. (© Taylor Library and Archives/Art Gallery of Ontario/Don de la collection de Will Munro, 2011)

Cassils, Publicité : Hommage à Benglis, 2011. Partie de la performance de six mois Cuts: A traditional Sculpture. (© Art Gallery of Ontario/Cassils avec Robin Black)

Zachari Logan, Wild Man 13, Flora, 2016. (© Canadian Contemporary Art Fund/Zachari Logan)

Will Munro, Miserable Mondays, 27 mars 2006. (© Taylor Library and Archives/Art Gallery of Ontario/Don de la collection de Will Munro)

Will Munro, Vazaleen World Perverted Youth Day, 26 juillet 2002. (© Taylor Library and Archives/Art Gallery of Ontario/Don de la collection de Will Munro)

L’exposition “Blurred Boundaries: Queer visions in Canadian Art” est visible jusqu’au 25 septembre 2022 à la Art Gallery of Toronto.

À voir aussi sur Konbini :