Steve Birnbaum, l’artiste qui chasse les lieux où ont été shootées vos couv’ d’album préférées

Steve Birnbaum, l’artiste qui chasse les lieux où ont été shootées vos couv’ d’album préférées

Image :

© Steve Birnbaum

photo de profil

Par Anna Carolina Assuncao

Publié le

Si ça se trouve, votre groupe préféré a pris une photo à l’arrêt de bus en bas de chez vous.

Steve Birnbaum est réalisateur de documentaires à temps plein et portraitiste de musicien·ne·s sur son temps libre. Son concept : retrouver les lieux où des photos iconiques du monde de la musique ont été prises. En plus de provoquer une illusion d’optique super intéressante en superposant la photo originale sur son lieu actuel, il rassemble le passé et le présent pour raviver ces moments historiques.

À voir aussi sur Konbini

Lors d’un entretien avec Steve Birnbaum, on a tout de suite ressenti sa passion pour la musique. Allant de Notorious B.I.G. à The Cure, il aime la musique, dans tous ses genres. Mais c’est tout particulièrement l’univers grunge des années 1990 aux États-Unis qui l’a inspiré. Vivant à New York à cette époque-là, il a commencé à immortaliser des moments uniques aux concerts de groupes tels que The Strokes ou Yeah Yeah Yeahs.

Quand on lui a demandé quel était le message qu’il voulait faire passer à travers son travail, il nous a répondu :” Je ne veux pas paraître morbide, mais je pense toujours à la mort, à l’Histoire et à comment on peut être là aujourd’hui, puis plus là demain. C’est ce sentiment que j’essaye de faire passer dans mon travail, surtout avec des photos iconiques d’artistes qui ne sont plus là. On est entourés d’Histoire et je pense que c’est important de s’en souvenir tous les jours. Je souhaite aussi raviver ces photos en les ramenant sur le même lieu des années plus tard.”

Sa série préférée reste celle qu’il a faite dans la maison de Kurt Cobain. Grâce aux photos rares qu’il a réussi à obtenir du chanteur de Nirvana en 1992, aux côtés de Courtney Love et leur enfant, Birnbaum a pu raviver des moments intimes dans son ancien domicile. Le rockeur se présentait sous une tout autre lumière : celle d’un papa “ordinaire”, qui passe du temps en famille.

“J’ai trouvé cette série bouleversante. J’étais seul, dans cette maison abandonnée avec ces photos et tous les souvenirs qui s’infiltraient dans les craquelures des murs, dans le sol fissuré, en harmonie avec les fenêtres baignées de soleil et de poussière. C’était palpable”, écrit-il sur son compte Instagram.

Dans ce cas-ci, le photographe savait déjà où ces photos étaient prises, mais la plupart du temps, ce n’est pas le cas. Contrairement à la photo iconique des Beatles sur le passage piéton d’Abbey Road à Londres, certaines photos sont prises devant un mur de béton. Comme celle-ci de Jim Morrison, le chanteur des Doors :

Pour ces lieux non identifiés, un grand travail d’enquête s’impose. Pour s’immerger dans l’univers de l’artiste, Birnbaum commence par écouter toute sa musique. Pour trouver la localisation exacte, l’artiste joue à Où est Charlie ? grandeur nature. Lorsqu’il n’a pas assez d’infos, il va chercher dans les itinéraires des concerts, dans des interviews, des documentaires, des archives de photographes… Un vrai travail d’enquête. Parfois, il y va même au feeling et il se balade dans les rues de New York pour trouver la perle (ou plutôt la localisation) rare.

Une fois sur place, il ne suffit pas de placer la photo devant un lieu. Il faut prendre en compte le vent, la pluie, le froid, la vieillesse (oui, ça fait trembler les mains) et encore bien plus de détails. Mais comme Steve Birnbaum, lorsque vous êtes passionné·e·s, rien ne vous arrête.