AccueilArts

Rencontrerez-vous votre double parmi ces impressionnantes sculptures hyperréalistes ?

Publié le

par Konbini avec AFP

Non, ce ne sont pas de réels humains.

Rencontrerez-vous votre double parmi ces impressionnantes sculptures hyperréalistes ?

© Sam Jinks/Sullivan+Strumpf, Sydney/Institute for Cultural Exchange, Tübingen ; © Marc Sijan/Institute for Cultural Exchange, Tübingen

Replets ou décharnés, joyeux ou tristes, les personnages plus vrais que nature sculptés par les maîtres·ses de l’hyperréalisme “font parler” l’âme humaine au-delà des apparences, expliquent à l’AFP plusieurs artistes exposé·e·s au musée Maillol à Paris.

Rides, poils, ongles, muscles en tension… Pour capter le réel, les artistes ont choisi la matière (bronze peint, silicone, résine polyester, plâtre…) en trois dimensions plutôt que la photographie, la vidéo ou les nouvelles technologies donnant l’illusion du réel.

Sam Jinks, Woman and Child, 2010. (© Sullivan+Strumpf, Sydney/Institute for Cultural Exchange, Tübingen)

L’exposition présente d’étranges personnages hautement réalistes et confectionnés par une trentaine d’artistes internationaux·ales, dont Duane Hanson et Ron Mueck, stars de ce mouvement né aux États-Unis dans les années 1960.

Le corps comme miroir

“Le corps, notre miroir, a son propre langage et communique à travers l’empathie et le vécu”, dit Sam Jinks pour expliquer sa démarche. “Je suis tactile, fasciné par le corps humain et ce que ressentent les gens, et je ne peux envisager de travailler autrement qu’avec mes mains”, ajoute Marc Sijan, un septuagénaire états-unien, qui présente Embrace, un couple âgé nu, assis et enlacé.

Marc Sijan, Embrace, 2014. (© Institute for Cultural Exchange, Tübingen)

“Si les matériaux utilisés et les techniques ont beaucoup évolué depuis les débuts du mouvement, le désir reste le même : faire quelque chose qui, au-delà de la matière, apporte un peu de paix et permette de comprendre ce que veut dire être humain”, ajoute Jinks.

Capturer l’imperfection

Pionnier états-unien du genre, John de Andrea s’est fait connaître avec ses sculptures de femmes nues grandeur nature. “Je suis un être charnel. J’aime les choses que je peux sentir, ressentir, goûter et voir. La réalité virtuelle ne satisfait ni le cœur ni l’âme humaine, je ne la comprends pas”, confesse cet octogénaire.

John de Andrea, American Icon – Kent State, 2015. (© Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris/Institute for Cultural Exchange, Tübingen/Photo : Clérin Morin)

“J’ai toujours voulu capturer la perfection et l’imperfection de mes modèles dans l’instant. J’essaie de créer une sculpture qui évoque une émotion de tristesse et de tendresse peut-être aussi”, ajoute John de Andrea, qui se dit “fortement influencé” par les statues grecques antiques et celles de la Renaissance.

Son American Icon est née de son “indignation” et de son “chagrin après la mort d’étudiants qui protestaient pacifiquement contre la guerre du Vietnam”, raconte-t-il. Cette sculpture, inspirée d’une photo prise dans les années 1970, représente une femme nue, à genoux, devant le corps nu et sans vie d’un jeune homme, après la répression d’une manifestation. Sur la photo, les protagonistes sont habillés.

Carole A. Feuerman, General’s Twin, 2009-11. (© Galerie Hübner & Hübner/Institute for Cultural Exchange, Tübingen)

Femme sans bras

Rare femme de l’hyperréalisme, dès ses débuts, la sculptrice états-unienne Carole Feuerman a cherché à exprimer “une humanité qui touche tout le monde”. Ses nageuses en maillots et bonnets de bain sont sa marque de fabrique. Elle raconte : “J’étais très malheureuse dans mon mariage, mes enfants étaient malades. J’allais souvent à la plage. Un jour, j’ai vu sortir de l’eau une femme sans bras. Elle souriait et elle était belle et fière. Alors, j’ai sculpté une nageuse qui m’inspirait la force, la résilience, c’était Catalina, exposée elle aussi.

“J’ai fait l’expérience de la persévérance, en essayant de conserver l’équilibre, l’honnêteté, la confiance… C’est ce que j’essaie d’exprimer avec mes sculptures. J’ai cessé de les rendre le plus réel possible, je veux juste les faire parler”, dit-elle.

Jacques Verduyn, Pat & Veerle, 1974. (© VG Bild-Kunst, Bonn 2022/Galerie Antoine Laurentin, Paris – Bruxelles/Institute for Cultural Exchange, Tübingen)

Pour le Belge Jacques Verduyn, qui avait fait “scandale” dans les années 1970 en réalisant deux jeunes baigneuses à demi-nues dans leurs chaises longues, l’hyperréalisme doit exprimer “la joie de vivre qui est la vie elle-même”.

Le Français Fabien Mérelle, connu pour son éléphant perché sur le dos d’un homme, affectionne les créations oniriques hybrides mêlant l’humain, l’animal, le végétal et le minéral. Cette “écologie poétique”, dit ce quadragénaire, “recrée le lien entre un corps ancré dans l’urbain et le virtuel et cette nature dont nous sommes issus”.

Sam Jinks, Untitled (Kneeling Woman), 2015. (© Sullivan+Strumpf, Sydney/Institute for Cultural Exchange, Tübingen)

John de Andrea, The Dying Gaul, 2010. (© Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris/Institute for Cultural Exchange, Tübingen/Photo : Clérin Morin)

À voir aussi sur Konbini :