AccueilArts

Paris Photo 2022 : les photographes femmes mises à l’honneur par l’actrice Rossy De Palma

Publié le

par Konbini avec AFP

Paris Photo met à l’honneur 77 photographes femmes et invite l’actrice espagnole Rossy De Palma à partager ses coups de cœur.

Paris Photo 2022 : les photographes femmes mises à l’honneur par l’actrice Rossy De Palma

© Alex Suprun/Unsplash

Pour ses 25 ans, Paris Photo, salon international de la photographie de Paris qui ouvre jeudi, met à l’honneur 77 photographes femmes et invite l’actrice espagnole Rossy De Palma à partager ses coups de cœur. “Un choix radical qui ne correspond à aucun canon esthétique de notre époque et fait rayonner la puissance féminine”, dit à l’AFP Federica Chiocchetti, écrivaine, commissaire, éditrice italienne, qui a conçu un parcours spécial, “Elles x”, composé des photos de ces 77 photographes.

“Dans la tombola napolitaine, le nombre 77 est associé aux jambes des femmes mais aussi au diable, vestige d’une société patriarcale. J’ai voulu réhabiliter ce nombre qui est aussi le nom d’un mouvement féministe italien des années 1970”, ajoute-t-elle.

Rossy De Palma, muse du réalisateur espagnol Pedro Almodovar, a elle-même sélectionné 25 photos parmi les stands des 183 galeries et maisons d’édition venues de 31 pays pour cette 25e édition du salon qui se tient au Grand Palais Éphémère.

Diversité de genre et approche décoloniale

À voir aussi sur Konbini

Parmi les professionnelles de la photo mises à l’honneur, on trouve aussi bien Bertha E. Jaques et ses cyanotypes que l’activiste Tina Modotti, photographe de la scène bohème des années 1920 à Mexico ou l’artiste allemande Gabriele Stötzer, qui a remis en question le rôle des femmes en Allemagne de l’Est.

À leurs côtés, des pionnières d’un nouveau genre comme Zanele Muholi, qui ne se reconnaît ni femme ni homme, et cherche à “décoloniser l’image” par un travail sur la diversité de genre, l’Italienne Letizia Battaglia qui documente les crimes de la mafia napolitaine, ou la Serbe Marina Abramović, connue pour ses performances radicales, selon Mme Chiocchetti.

Plus de 1 600 artistes sont représenté·e·s dont 31 % de femmes, en majorité d’Europe (70 %) mais aussi d’Afrique du Sud, d’Iran, du Liban, du Maroc, de Chine, du Japon, de Corée du Sud, d’Inde, d’Amériques du Nord et du Sud. Plusieurs sont particulièrement mis·es à l’honneur en solo ou en duo, parmi lesquel·le·s l’Ukrainien Boris Mikhaïlov, qui pose depuis cinquante ans un œil provocateur sur l’histoire de son pays, avec une série très rarement montrée, Theater of War prise en 2013 au moment des manifestations pro-européennes sur la place Maïdan à Kyiv.

Hormis les thèmes féministes, confinement, isolement, guerres, génocides, mutations écologiques feront partie des thèmes d’actualité abordés par les photographes représentés au salon, “une plateforme qui couvre près de deux siècles d’histoire et de pratique photographiques”, souligne Florence Bourgeois, directrice du salon.

Konbini arts, partenaire de Paris Photo 2022.