AccueilArts

Les bagarres entre frères et sœurs explorées dans des photos aussi violentes que tendres

Publié le

par Pauline Allione

Inspirée de ses querelles avec son petit frère, la photographe Karolina Wojtas traduit la complexité des relations conflictuelles et violentes entre frères et sœurs.

Les bagarres entre frères et sœurs explorées dans des photos aussi violentes que tendres

© Karolina Wojtas

Quiconque a un frère ou une sœur a connu les insultes, les coups, les cris et les pleurs. Les disputes se raréfient avec le temps ou prennent une autre forme, mais, passé un certain âge, on finit généralement par arrêter de se griffer, de se mordre et de se tirer les cheveux.

C’est justement la brutalité des relations entre enfants d’une même famille que raconte Karolina Wojtas dans sa série We can’t live – without each other. Inspirée de l’amour fraternel et querelleur qui la lie à son petit frère, la jeune artiste de 25 ans exacerbe la violence de leur relation dans des mises en scène trash, voire carrément sanguinolentes.

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

“Chers propriétaires de frères et sœurs, restez forts et ne lâchez pas vos positions. Montrez à ces méchantes créatures, qui viennent aussi du corps et du sang de vos parents, que les pires cauchemars qu’elles puissent faire ne sont que des contes de fées en comparaison avec ce que vous êtes capable d’imaginer pour elles” entame la photographe tchèque. Après ce préambule écrit en lettres gothiques, Karolina Wojtas laisse libre cours à son imagination d’enfant en guerre.

Une guerre infinie

Fille unique jusqu’à ses 13 ans, celle-ci a longtemps menacé ses parents de tuer les potentiel·le·s frères et sœurs qu’elle pourrait avoir “à la hache” puis de les manger (sympa), pour défendre son territoire. Ce n’est qu’à l’arrivée de son petit frère que celle-ci a découvert l’amour, effectivement parfois violent, qu’elle pouvait porter à un autre enfant de sa famille.

“J’ai 23 ans et la guerre a toujours duré, rien n’a changé”, déclarait-elle à la sortie de son projet. “Nous avons donc décidé de documenter certaines de nos batailles et astuces pour apprendre aux frères et sœurs du monde entier à se battre !”

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

Armée de son imagination de sœur bagarreuse, la photographe a mis en scène son jeune frère dans des situations aussi comiques que cauchemardesques. On retrouve le jeune ado à deux doigts de se faire faucher par un avion, proche de l’asphyxie dans un sac plastique, mais aussi des bras remplis de morsures, de la chair brûlée au fer à repasser ou un pied déchiqueté dans un piège à lames.

À travers ces images à la violence exacerbée, Karolina Wojtas traduit la complexité des relations conflictuelles entre frères et sœurs. Car derrière le sang et les projets de meurtres, c’est bien tout l’amour qu’elle porte à son frère, présent sur quasiment toutes les photos et sans qui elle “ne peut pas vivre”, qui se dégage du projet.

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

We can’t live – without each other. (© Karolina Wojtas)

À voir aussi sur Konbini :