AccueilArts

Le neveu d’Andy Warhol vend des tableaux de jeunesse du grand artiste

Publié le

par Konbini avec AFP

Les deux tableaux vendus avaient même été égarés dans les années 1970.

Le neveu d’Andy Warhol vend des tableaux de jeunesse du grand artiste

© Jack Mitchell/Getty Images

Le neveu d’Andy Warhol, dépositaire des œuvres de l’artiste mondialement célèbre du pop art et de l’art moderne, a vendu à New York deux tableaux de jeunesse qui n’avaient jamais été mis sur le marché et qui avaient même été égarés dans les années 1970.

Un autoportrait de 1948, Nosepicker 1: Why Pick on Me, et Living Room, de la même année – frisant la même notoriété que ses œuvres emblématiques Campbell’s Soup ou Shot Sage Blue Marilyn – ont été mis aux enchères mardi soir par la maison new-yorkaise Phillips. Nosepicker 1 était estimé entre 300 000 et 500 000 dollars et Living Room entre 250 000 et 450 000 dollars, ont confié à l’AFP la maison de vente et James Warhola, neveu d’Andy.

“Ces deux tableaux sont dans la famille depuis 70 ans et nous en avons profité durant de nombreuses années”, raconte James Warhola, artiste et illustrateur de 67 ans, fils du frère aîné du maître du pop art. “Il y a sept enfants [héritiers], mes parents sont décédés, il est temps malheureusement de les vendre et de partager les gains, car aucun d’entre nous ne pouvait se permettre de les racheter”, a ajouté le neveu en souriant.

Résultat à l’issue de la vente : le premier est parti pour 491 400 dollars et le second pour 315 000 dollars. Les œuvres d’Andy Warhol ont connu de meilleurs succès de vente par le passé. “Ce sont des travaux de jeunesse, et il est surtout connu pour ses sérigraphies”, a convenu James Warhola. Ces œuvres remontent à une époque où Warhol était encore étudiant à Pittsburgh, avant de partir tenter sa chance à New York comme dessinateur publicitaire.

À voir aussi sur Konbini

“Je crois que mon oncle Andy serait flatté”

Cet autoportrait de Warhol, à 20 ans qui se met un doigt dans le nez et Living Room, tableau représentant l’artiste dans son salon à Pittsburgh (en Pennsylvanie) ont été plusieurs fois exposés dans le monde, mais ces œuvres ont bien failli être perdues. Dans sa présentation, Phillips raconte que la famille Warhola s’était fait voler sa voiture à la fin des années 1970, avec les deux toiles entreposées dans le véhicule. “Heureusement pour la famille et les fans d’art à travers le monde, la voiture fut retrouvée, avec les œuvres complètement indemnes”, se réjouit la maison d’enchères.

En parallèle de la vente Phillips, Sotheby’s a mis en vente une œuvre monumentale et emblématique d’Andy Warhol, White Disaster [White Car Crash 19 Times], avec une estimation à plus de 80 millions de dollars. Christie’s avait vendu le 9 mai à New York un portrait de Marilyn Monroe, Shot Sage Blue Marilyn (1964) pour 195 millions de dollars, un record aux enchères pour une œuvre d’art du XXe siècle.

“Avec mes six frères et sœurs, on ne peut pas croire que cette œuvre ait tant de valeur. Je crois que mon oncle Andy en serait flatté […], lui, qui comme mon père, était très très affectueux envers sa famille”, souffle James Warhola, qui a conservé le “A” final du nom de la famille d’origine slovaque émigrée aux États-Unis.

Les deux tableaux vendus mardi “sont très rares”, selon le neveu. “Et ce sont les premiers de notre collection, qui en compte dix. Nous allons continuer à les vendre, au printemps 2023, nous en vendrons plus”, a-t-il confié à l’AFP peu après la vente, se disant satisfait de faire le bonheur des collectionneur·se·s. Ces œuvres intéresseraient davantage des collectionneur·se·s “qui possèdent déjà beaucoup de Warhol et veulent compléter leur collection”.