AccueilArts

La Palestine absente d’un accord sur des antiquités volées en Cisjordanie

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Le pays a vu cet accord, qui prévoit un transfert vers l’État d’Israël d’une partie des objets, comme un autre échec dans sa quête pour reprendre possession de son patrimoine.

La Palestine absente d’un accord sur des antiquités volées en Cisjordanie

© Frank Rothe/The Image Bank via Getty Images

Lorsque le procureur de New York a ratifié un accord avec le milliardaire Michael Steinhardt pour qu’il restitue 180 œuvres d’art et antiquités volées à travers le monde, il a assuré que les victimes allaient entrevoir la “justice”. Mais la Palestine est restée sceptique.

Le pays a vu cet accord, qui prévoit un transfert vers l’État d’Israël d’une partie des objets, comme un autre échec dans sa quête pour reprendre possession du patrimoine antique exhumé en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza.

Estimée à environ 61 millions d’euros, la collection de Michael Steinhardt, financier new-yorkais, comprend de nombreuses antiquités découvertes en Cisjordanie occupée, selon des courriels échangés avec des marchand·e·s d’antiquités et publiés par le bureau du procureur de l’État de New York.

Parmi elles, des amulettes en pierre rougeâtre de cornaline datant de 600 avant notre ère et une cuillère de l’âge de Fer utilisée pour faire brûler de l’encens, les deux ayant été découvertes à Qom, près de Hébron, dans une zone sous le contrôle de l’Autorité palestinienne.

Mais après des années d’enquête, le procureur de New York a conclu un accord en décembre avec M. Steinhardt par lequel celui-ci échappait à la prison s’il restituait une quarantaine de ces œuvres à l’État d’Israël. Le procureur a estimé que “le pillage a eu lieu dans un territoire à l’intérieur des frontières de l’État d’Israël ou sur lequel l’État d’Israël exerce son autorité légale”.

L’État d’Israël occupe depuis 1967 la Cisjordanie, mais certaines zones (40 %) de ce territoire palestinien sont sous contrôle de l’Autorité palestinienne. Sollicité par l’AFP, le bureau du procureur n’a pas précisé s’il avait considéré rendre certaines antiquités à l’Autorité palestinienne avant de trouver un accord avec M. Steinhardt, alors que l’enquête dit elle-même que des objets ont été trouvés en territoire palestinien.

“Far-West”

Pour Wael Hamamra, un responsable du ministère palestinien du Tourisme et de l’Archéologie, la décision est injuste. La collection de M. Steinhardt “contient des objets qui doivent revenir sur leur lieu d’origine”, affirme-t-il à l’AFP.

L’Autorité israélienne des antiquités ne s’est pas exprimée sur les objets trouvés en Cisjordanie mais a estimé que les éléments de la collection avaient “été volés, vendus et exportés illégalement hors de l’État d’Israël”.

Dans le domaine du commerce d’antiquités, l’État d’Israël est un véritable “Far West”, explique Morag Kersel, professeure d’archéologie à l’Université DePaul à Chicago. L’État d’Israël est devenu un haut lieu du marché noir d’antiquités car il est l’un des rares pays qui légalise son commerce entre vendeur·se·s privé·e·s, ajoute-t-elle.

Et contrairement à l’Autorité palestinienne, l’État hébreu n’a pas signé la convention de 1970 contre le trafic illicite d’antiquités de l’Unesco, organisation internationale avec laquelle il entretient en outre des relations tendues depuis que cette dernière a été la première agence onusienne à accepter la Palestine comme État membre en 2011.

Musée

Bien avant l’accord de décembre, des objets de la collection Steinhardt avaient déjà été prêtés à des musées israéliens. Parmi eux, deux masques exposés au musée de l’État d’Israël à Jérusalem, considérés comme les antiquités les plus précieuses de la collection.

Autrefois utilisés lors de cérémonies pour représenter les esprits des défunt·e·s et d’une valeur estimée à plus d’1,7 million d’euros, ils sont considérés par les expert·e·s comme figurant parmi les plus anciens masques au monde (7 000 avant notre ère). Ils ont été découverts dans le désert de Judée, qui s’étend entre l’État d’Israël et la Cisjordanie. La localisation reste incertaine mais Wael Hamamra assure qu’ils ont été volés en territoire palestinien.

Pour Chemi Schiff, un chercheur de l’organisation israélienne Emek Shaveh qui lutte contre la politisation de l’archéologie, les pratiques de l’État d’Israël enfreignent régulièrement les conventions internationales, dont celle de La Haye de 1954 interdisant notamment les fouilles archéologiques dans un territoire occupé, sauf si le site est “menacé”.

Selon lui, des sarcophages datant de l’époque de bronze, volés par l’ancien général israélien Moshé Dayan dans un cimetière de Gaza après la guerre des Six-jours de 1967, sont également exposés au Musée de l’État d’Israël.

Pour M. Hamamra, la restitution de ces antiquités au peuple palestinien est “un droit pour les futures générations” mais il note qu’il n’y a actuellement pas d’effort coordonné de restitution des objets car “il n’y a aucun dialogue avec l’État d’Israël” sur le sujet.

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur Konbini :