AccueilArts

La marque Shein condamnée pour avoir volé les œuvres d’une illustratrice

Publié le

par Emma Couffin

La marque devra verser 100 millions de dollars de dommages et intérêts.

La marque Shein condamnée pour avoir volé les œuvres d’une illustratrice

© Cezaro De Luca/Europa Press/Getty Images

Alors qu’elle avait déjà été accusée par plusieurs créatrices de mode d’avoir plagié leurs créations, la marque Shein se trouve une nouvelle fois dans la tourmente. Le géant de la fast-fashion est poursuivi pour violation des droits d’auteur d’une artiste.

En Floride, l’illustratrice Magdalena Mollman, plus connue sous le nom de Maggie Stephenson, a déposé une plainte le 15 juin 2022, accusant la marque d’exploiter son œuvre sans son autorisation et d’en avoir vendu des copies.

Sur Instagram, Maggie Stephenson partage ses créations avec ses 111 000 abonné·e·s. Dans des tableaux minimalistes et colorés, elle célèbre les femmes et la sororité. Des champs de fleurs à l’immensité du ciel, les personnages se fondent dans des paysages oniriques. Des illustrations poétiques que Shein a trouvé bon de s’approprier…

100 millions de dollars de dommages et intérêts

Maggie Stephenson soutient que Shein a téléchargé des images de ses œuvres protégées par le droit d’auteur à partir de son compte Instagram à neuf reprises entre 2019 et 2021. La marque aurait alors vendu des contrefaçons de ses illustrations pour la modique somme de 4 dollars par impression, notamment sous la description de “peinture murale à motifs abstraits sans cadre”. C’est bien en dessous des prix fixés par la jeune artiste à ses partenaires – dont Shein ne fait d’ailleurs pas partie –, qui se situent entre 19 et 300 dollars.

Par conséquent, la marque devra verser plus de 100 millions de dollars de dommages et intérêts à l’illustratrice. Mais ce n’est pas tout. L’artiste réclame une injonction permanente pour ses œuvres, contraignant Shein à ne plus utiliser aucun de ses projets artistiques soumis au droit d’auteur. Enfin, 25 000 dollars devraient être versés à l’illustratrice pour chaque image volée par la marque.

À voir aussi sur Konbini :