AccueilArts

La folle vie d’étudiants en art dans les années 90 racontée dans des photos nostalgiques

Publié le

par Nina Iseni

Sur le compte Instagram @90artschool, la fête, l’art et la quête du plaisir sont mis à l’honneur au travers des clichés d’étudiants d’antan.

La folle vie d’étudiants en art dans les années 90 racontée dans des photos nostalgiques

© 90artschool

Il y a près d’un an, en pleine pandémie de Covid-19, Matthew Atkatz retrouvait dans son grenier d’anciennes photos prises lorsqu’il était en école d’art dans les années 1990. Il décide alors d’ouvrir un compte Instagram, @90artschool, pour partager avec le reste du monde ses jeunes années en tant qu’étudiant.

Atkatz rend par ailleurs son compte collaboratif, ouvert à quiconque souhaitant lui envoyer des photos de ses jeunes années dans des écoles d’art. Le succès est fulgurant. “J’ai d’abord pensé que personne ne serait intéressé, car il y avait cet obstacle de demander aux gens de déterrer des photos, de les scanner et de trouver des négatifs”, raconte-t-il à The Face. “Mais la pandémie est arrivée, et je me suis rendu compte que les téléphones sont en fait de très bons scanners !”

@90artschool regroupe aujourd’hui près de 1 200 clichés pris à l’appareil photo jetable, au Polaroid ou à l’argentique, dépeignant des groupes d’ami·e·s réuni·e·s dans leur dortoir, des élèves prenant une pause méritée dans les jardins de leur campus, ou exprimant leur créativité au travers de soirées déguisées.

“Vus à travers les yeux de talents émergents qui étaient à la fois en train de se chercher et de se définir en tant qu’individus et en tant qu’artistes, ces clichés sont une fenêtre sur toute une génération de jeunes créateurs avant la gloire ou la fortune, l’échec ou le succès, et, dans certains cas, leur mort prématurée”, commente Atkatz sur Instagram.

En somme, @90artschool nous plonge dans un monde rythmé par les cultures underground et l’hédonisme. Et si près de trente ans nous séparent de ces images, elles sont la preuve que les joies de la vie étudiante sont atemporelles.

À voir aussi sur Konbini :