AccueilArts

Des œuvres volées par les nazis rendues aux ayants droit d’un collectionneur juif

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Parmi ces œuvres, on trouve des aquarelles et dessins d’artistes français.

Des œuvres volées par les nazis rendues aux ayants droit d’un collectionneur juif

© Zalfa Imani/Unsplash

Quatre œuvres volées en France par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale ont été restituées aux ayants droit de leur propriétaire juif, a annoncé le ministère de la Culture.

Ces aquarelles et dessins d’artistes français du XIXe siècle avaient été dérobées en 1940, avec des centaines d’autres œuvres, à Moïse Levi de Benzion, homme d’affaires juif égyptien. Il avait rassemblé cette grande collection dans sa demeure en France, où il est mort pendant la guerre en 1943.

Une aquarelle, Paysage, de Georges Michel, un dessin de Paul Delaroche intitulé Portrait de femme et un autre dessin, du même titre, d’Auguste Hesse, étaient sous la garde du Louvre. Une aquarelle de Jules-Jacques Veyrassat, Marée basse à Grandcamp était conservée par le musée d’Orsay.

Ces quatre œuvres, comme tous les biens spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale puis retrouvées et confiées en France à la garde des musées nationaux dans l’attente de leur restitution, sont dénommées “Musées nationaux récupération” (MNR).

La restitution des biens juifs volés par les nazis est un travail de longue haleine. Sous l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, une mission du ministère de la Culture a été créée le 17 avril 2018 afin d’enquêter pour retrouver les propriétaires ou leurs ayants droit.

Jusqu’à ces quatre nouvelles restitutions, 169 œuvres seulement avaient été rendues depuis 1951, parmi quelque 2 200 œuvres “MNR”, déposées dans une centaine de musées et inscrites à l’inventaire de la “récupération artistique”.

Le 3 novembre 2021, le ministère de la Culture a présenté au Conseil des ministres un projet de loi sur la restitution de certains biens culturels acquis par le domaine public pendant la Seconde Guerre mondiale aux ayants droit de leur propriétaire, victimes de persécution antisémite. Cette loi, qui doit encore être débattue au parlement, concerne quatorze œuvres de collections publiques.

Avec AFP.

À voir aussi sur Konbini :