AccueilArts

Des galeries virtuelles permettent aux artistes d’exposer facilement leurs œuvres

Publié le

par Lise Lanot

Une sorte d’extension des Sims dédiée au partage de l’art dans le métavers.

Des galeries virtuelles permettent aux artistes d’exposer facilement leurs œuvres

© Mads Perch/Getty Images

Depuis 2020 et la fermeture des lieux de culture, les initiatives visant à enrichir, voire à remplacer, les espaces d’exposition physiques pullulent. Sans doute inspiré par la prolifération d’expositions virtuelles, un certain Michael Scherotter, gestionnaire de programme technique chez Microsoft et passionné d’art, a imaginé la possibilité de créer chez soi sa propre galerie virtuelle accessible à tout·e internaute.

L’informaticien déclare dans une vidéo s’être inspiré de “l’intérêt grandissant [des gens] pour le métavers, la réalité virtuelle et les NFT”, pour “permettre à quiconque disposant d’une collection d’art de la montrer au monde en se créant une belle galerie”.

Un métavers personnalisable

À voir aussi sur Konbini

La plateforme Galeryst pourrait être une extension des Sims dédiée à l’art : les propriétaires de ces galeries virtuelles choisissent la disposition du lieu, la présentation de leurs œuvres, la hauteur sous plafond, la texture des surfaces des murs, sols et plafonds en deux dimensions.

Les œuvres sont à importer depuis son catalogue Adobe Photoshop Lightroom. Une fois l’œuvre installée, il est possible d’ajouter des encarts informatifs (nom de l’œuvre, date, lieu de réalisation), ainsi que d’appliquer des “étiquettes” à chacune des œuvres afin de proposer des visites thématiques. L’internaute peut ainsi se balader parmi des travaux réunis sous un thème choisi.

Capture d’écran vidéo. (© Galeryst)

Le public virtuel se balade dans la galerie grâce à sa souris, le bout de son doigt sur mobile ou un casque de réalité virtuelle. Cliquer sur les œuvres permet de se retrouver face à elles, illuminées. Les travaux en trois dimensions sont visibles de façon immersive et une carte permet d’afficher les lieux où les œuvres sont exposées “pour de vrai”, hors du métavers.

Une plateforme (trop) simple ?

Galeryst propose plusieurs programmes. Le programme gratuit permet l’ouverture d’une galerie virtuelle présentant 80 œuvres. Le programme “Artiste” coûte environ 3,55 euros le mois et engendre l’ouverture de cinq galeries présentant 5 760 œuvres.

Capture d’écran vidéo. (© Galeryst)

Le programme le plus onéreux, “Musée”, coûte près de 200 euros par an et permet d’ouvrir trente galeries présentant 96 480 œuvres. Les versions payantes offrent également la possibilité d’ajouter des liens, ainsi que des descriptions audio générées par intelligence artificielle afin de faciliter l’accès à la galerie virtuelle aux personnes malvoyantes.

Michael Scherotter affirme vouloir aider “tous les artistes à créer de belles galeries virtuelles en trois dimensions et partager leur travail avec le monde”. Une initiative louable – tant que ses velléités de démocratisation et sa simplicité apparente n’ouvrent pas la porte à des possibilités de plagiat et d’arnaques.