AccueilArts

De la Palestine aux droits LGBTQ+, Marlene Dumas en 6 œuvres militantes

Publié le

par Lise Lanot

Travaillant des thèmes millénaires tels que l’amour, la mort, l’érotisme, la sexualité, le genre ou la race, Marlene Dumas leur inocule modernité et introspection.

De la Palestine aux droits LGBTQ+, Marlene Dumas en 6 œuvres militantes

© Marlene Dumas/Collection Pinault/Photos : Edo Kuipers, Amsterdam et Peter Cox, Eindhoven

C’est en partie parce qu’elle a grandi dans une société raciste, rongée par l’apartheid, que Marlene Dumas a à cœur de rapporter les inégalités du monde. Mais son enfance en Afrique du Sud n’a pas le monopole explicatif de sa carrière, de sa sensibilité et de son attachement à la représentation de la condition humaine et sa myriade d’émotions.

Son œuvre dense et plurielle renferme des travaux de toutes tailles, de tout médium, sur tout support. Les visages et silhouettes qui peuplent ses toiles prennent vie grâce à la puissance de son trait, de ses jeux d’ombre et de teintes qui insufflent des vagues d’émotion sans pathos.

Marlene Dumas, Mamma Roma, 2012. (© Collection Pinault/Photo : Edo Kuipers, Amsterdam)

Sa galerie de personnages est inspirée des images, universelles ou particulières, qui l’entourent. Il s’agit autant de photographies d’actualité que de scènes de films, de portraits d’artistes ou d’images qu’elle a prises.

À voir aussi sur Konbini

Travaillant des thèmes millénaires tels que l’amour, la mort, l’érotisme, la sexualité, le genre, la race ou la politique, Marlene Dumas leur inocule modernité et introspection. À l’occasion de la grande rétrospective que lui organise la Collection Pinault à Venise, retour sur six œuvres militantes de l’artiste.

Death by Association, 2002

Marlene Dumas, Death by Association, 2002. (© Collection Pinault/Photo : Peter Cox, Eindhoven)

La Collection Pinault rappelle que Marlene Dumas n’a jamais peint la mort de ses proches – bien que celle de son père, alors qu’elle était âgée de 12 ans, l’ait marquée et l’a convaincue de juger “ses potentiels petits copains en fonction de leur capacité à dire quelque chose de significatif sur la mort”. Cependant, la mort est un motif récurrent de son œuvre.

Ici, Marlene Dumas s’est inspirée d’une photo de journal qui montre un jeune Palestinien “mort […] dans des circonstances violentes”. Réalisée au début des années 2000, l’œuvre intègre un corpus tourné autour de la représentation de la mort, question qui a polarisé l’attention de l’artiste, notamment concernant les “jeunes sacrifiés dans les guerres, en tant que martyrs, suspects, sosies ou victimes de tirs amis”.

Fingers, 1999

Marlene Dumas, Fingers, 1999. (© Collection privée, Amsterdam/Photo : Peter Cox, Eindhoven)

Intéressée par la représentation du désir et de l’érotisme, Marlene Dumas a cherché du côté de “livres pornographiques” tout en questionnant sa volonté de “ne pas [rechercher]” la pornographie. Nombre de ses œuvres présentent des plans cadrés sur des parties de l’anatomie – seins, monts de Vénus, sexes – sans volonté d’objectifier le corps féminin.

Face à Fingers, le public doit se faire silencieux, la femme représentée n’est peut-être pas au courant qu’elle est observée. On peut choisir de voir cette œuvre comme une ode au plaisir de la femme et à la masturbation, affirmation contrastée par l’ombre planante (sur le tableau et sur le public de façon générale) de la pornographie.

Celle qui a rendu hommage à nombre de personnalités (Dora Maar, Charles Baudelaire, Hafid Bouazza), à sa fille, à des anonymes vu·e·s dans les journaux, déclare avoir pris comme point d’ancrage de son travail les femmes : “J’ai peint plus de femmes que d’hommes. Je peins des femmes pour des hommes. Je peins des femmes pour des femmes. Je peins les femmes de mes hommes”, confiait-elle en 1997.

Blindfolded, 2002

Marlene Dumas, Blindfolded, 2002. (© Collection privée Thomas Koerfer/Photo : Peter Cox, Eindhoven)

Le grand portrait de ce visage en gros plan “est inspiré d’un Palestinien aux yeux bandés dans un camp pour réfugiés après son arrestation par un soldat israélien”. Marlene Dumas rapporte des faits d’actualité (la façon dont on prive des prisonnier·ère·s de la possibilité de reconnaître “des personnes ou des lieux”) tout en incorporant des éléments de réflexion.

On peut, par exemple, y lire une métaphore de la façon dont la communauté internationale ferme les yeux sur les exactions commises. La Collection Pinault note qu’un visage aux yeux bandés est aussi celui de “Dame Justice” qui le “porte en symbole de son objectivité et impartialité”, une bien triste ironie.

Canary Death, 2006

Marlene Dumas, Canary Death, 2006. (© Collection Pinault/Photo : Gallery Koyanagi, Tokyo)

Ici encore, l’œuvre est inspirée d’une photo de journal. Celle-ci montrait “un migrant ayant échoué sur une rive”. À la question “le commentaire est-il utile ?”, Marlene Dumas répond “oui”. À “toute l’information nécessaire n’est-elle pas contenue dans l’œuvre elle-même ?”, elle répond “non”.

Pour l’artiste, il semble qu’il existe des sujets dont on ne parlera jamais assez. Le fond sombre de Marlene Dumas symbolise les abysses, situés à divers endroits mais toutes aussi mortelles pour celles et ceux qui tentent de les traverser. Si on peut hésiter quant à la situation de la personne peinte, le titre de l’œuvre ne laisse planer aucun doute.

Great Men, 2014

En 2014, Marlene Dumas participait à une biennale d’art contemporain à Saint-Pétersbourg. En réponse aux “lois russes contre la promotion de l’homosexualité”, elle décidait d’y exposer seize portraits d’hommes célèbres gays et transgenres des XIXe et XXe siècles.

Comprenant l’influence que représentaient “les hommes gays” dans son travail, elle a créé ces portraits réalisés à l’encre et à l’acrylique. Chaque visage (de James Baldwin, Oscar Wilde, Chelsea Manning, etc.) est accompagné de phrases biographiques rapportant la façon dont ils avaient été “criminalisés et persécutés d’une façon ou d’une autre à cause de leur sexualité”.

No Belt, 2010-2016

Marlene Dumas, No Belt, 2010-2016. (© Collection Pinault/Photo : Peter Cox, Eindhoven)

Ici, le jeune homme représenté par Marlene Dumas n’est certes pas mort mais il risque sa vie à chaque fois qu’il se déplace. S’il présente son torse nu au public, c’est pour donner une preuve de son innocence, dans une “vision devenue bien trop familière de certaines régions du Moyen-Orient”“À un poste de contrôle ou lors d’un braquage, un adolescent relève son T-shirt pour montrer qu’il ne porte pas de ceinture d’explosifs.”

En 2006, Marlene Dumas accompagnait de mots ses œuvres sur les crimes du monde : “Aux morts, ceux tués, pour nous, et par nous. À ceux qui sont en train de mourir maintenant. Aux ‘incidents’ qui ont lieu. Aux occupations qui continuent. À la glorification gratuite des solutions militaires. […] On ne peut coloniser un pays que tu désignes comme vide mais lorsque tu fais le décompte des corps, tu en trouveras plein.”

“Marlene Dumas. Open-end” est visible au Palazzo Grassi de Venise jusqu’au 8 janvier 2023.