AccueilArts

Alors Rembrandt, on nous avait caché ce petit chef-d’œuvre ?

Publié le

par Lise Lanot

Suivant l’intuition d’un spécialiste de Rembrandt, un tableau longtemps mis de côté est au centre de tous les regards.

Alors Rembrandt, on nous avait caché ce petit chef-d’œuvre ?

© Rembrandt/VCG Wilson/Corbis via Getty Images

Depuis 1921, une esquisse à l’huile représentant Jésus crucifié, sa croix en train d’être élevée à la verticale, se languissait dans un recoin du musée Bredius de La Haye. Considérée comme l’œuvre d’un·e disciple de Rembrandt, grand maître de l’École hollandaise, La Montée de la Croix n’ameutait pas les foules.

Tout a changé le 3 novembre dernier, lorsque des spécialistes néerlandais·e·s ont annoncé que, d’après leurs études à l’infrarouge et aux rayons X, la peinture à l’huile serait l’œuvre du maître lui-même, et non d’un·e de ses élèves : “La qualité des détails est telle que je suis convaincue qu’il s’agit bien d’un Rembrandt”, a affirmé Johanneke Verhave, en charge de la restauration de l’esquisse.

Ce sont justement ces détails, et notamment l’ingéniosité des aplats de peinture et tracés qui ont fini par faire sortir le tableau de l’oubli, note The Guardian. Alors qu’il écrivait un livre sur le peintre néerlandais l’an passé, le spécialiste d’art classique Jeroen Giltaj était tombé en pâmoison devant les “quelques coups de pinceau larges” composant La Montée de la Croix. C’est ce qui l’avait convaincu que le tableau méritait de repasser à l’étude.

À voir aussi sur Konbini

Pourtant, ces mêmes coups de pinceau – larges, rapides – avaient longtemps constitué la preuve que le tableau ne pouvait pas être signé Rembrandt, jugé trop minutieux et talentueux pour un tel travail. “Mais il ne faut pas oublier que c’est une esquisse à l’huile. Rembrandt est généralement très précis et raffiné et ici, c’est très brut. Mais c’est parce qu’on a ici […] un essai préparatoire. Il veut montrer la composition, une idée approximative de ce à quoi pourrait ressembler la peinture finale”, appuie Jeroen Giltaj. Une technique peut-être trop sommaire pour une toile, mais tellement précise et maîtrisée pour une esquisse qu’elle pourrait bien être l’œuvre de Rembrandt, donc.

Une fascination qui ne s’éteint pas

L’étude aux rayons a révélé que la composition de cet essai préparatoire avait été modifiée au fur et à mesure de sa réalisation : “Cela signifie que le peintre changeait d’avis pendant qu’il travaillait. Il n’était clairement en train de copier personne”, décrit Johanneke Verhave. L’étude a également démontré que la façon dont l’artiste avait tenu son pinceau correspondait à celle de Rembrandt.

Appelé en renfort, le célèbre Rijksmuseum d’Amsterdam n’a pas trouvé d’élément “en contradiction avec une attribution à Rembrandt”, rapporte le musée Bredius. Ce n’est pas la première fois qu’un tableau jugé être l’œuvre d’un·e inconnu·e est finalement attribué à Rembrandt. En septembre 2020, c’était Head of a Bearded Man, relégué en réserve depuis les années 1950, qui mettait des étincelles dans les yeux des fans de Rembrandt. L’artiste n’a apparemment pas fini de faire trembler son monde.