AccueilArchive

Voilà pourquoi YOLO est (un peu) une philosophie de vie en carton

Publié le

par Le Sociologue

Voilà pourquoi YOLO est (un peu) une philosophie de vie en carton

I. Le paradoxe philosophique du YOLO

– Arrêter de manger des betteraves car c’est affreux;
– Manger plein de chips devant la télé parce que ça fait plaiz de manger des chips devant la télé tout en se grattant les couilles.

II. YOLO fait prendre de très mauvaises décisions en teuf

III. L’erreur d’interpretation du YOLO

IV. YOLO suppose donc une introspection profonde de tout un chacun

V. Conclusion & Recommandations stratégiques de Steeve sur le YOLO

  • 1/ YOLOLER avec modération et abnégation

Si vous aimez les chips, faites-vous plaiz de temps en temps. Mais pensez à votre taux de cholestérol. Rien de trop disaient les philosophes grecs. Car le vrai bonheur YOLO, c’est aussi dans le chemin d’un gros kiffe futur. Exemple : s’entraîner pour devenir une star du YUKULELE. Ou encore être sur le chemin du DoMac avec ses copains !

  • 2/ YOLOLER avec discrétion et intimité

Évitez d’enjoindre autrui au YOLO surtout si vous ne connaissez pas son YOLOsteeve. Imaginez si c’est un djihadiste et qu’il ouvre un barbershop de hispter, ou pire si c’est la chanteuse ZAZ et qu’elle décide de faire un nouvel album :’
Bon, bien évidemment, si demain vous sortez dans la rue et que vous recevez une vache qui tombe du ciel sur la tête (ça arrive parfois), vous serez peut être un peu furax de ne pas vous être foutu une taule avec Igor Bogdanov la veille. Mais de toute façon, si vous avez pris une vache sur la tête, a priori vous êtes décédés. Donc vous ne regretterez pas de ne pas avoir plus YOLOLER – #ASTUCE.

À voir aussi sur Konbini :