AccueilArchive

Vidéo : le traducteur hilarant de Barack Obama

Vidéo : le traducteur hilarant de Barack Obama

Publié le

Pour le dîner des correspondants de 2015, Barack Obama s’est permis d’inviter sur scène un “traducteur en colère”. L’idée ? Retranscrire avec une agressivité comique son discours.
À chaque dîner de l’association des correspondants, c’est toujours un show pour Barack Obama. Si l’année 2013 était placée sous le signe de Steven Spielberg et de House of Cards, 2015 était en phase avec la chaîne américaine Comedy Central. Tradition oblige, le président des États-Unis s’est plié à la règle de l’humour face à un parterre de personnalités, qu’elles soient politiques ou des célébrités du monde du divertissement, et a invité sur scène un “traducteur de colère”. Interprété par Keegan-Michael Key, ce personnage est connu de l’émission Key and Peele pour traduire les paroles d’une manière agressive mais toujours avec humour.
Si les premières banalités sur la presse (“Comptez sur Fox [News] pour terroriser les Blancs avec des insanités”) et d’autres thématiques (avec une belle référence à Game of Hillary : “La Kalheesi arrive à Westeros !”) ont été reprises avec aplomb par le traducteur, Barack Obama s’est progressivement emporté, avec une fin de mini-discours qui portait sur le réchauffement climatique, rendant inutile le comédien.

À voir aussi sur Konbini

Pendant ce temps, aux États-Unis

Comme le souligne très justement Le Monde, ce dîner des correspondants avait un goût particulier. Pendant que l’heure était à la parodie et aux piques de Barack Obama en direction de la démocrate Hillary Clinton comme de la républicaine Michele Bachmann, Baltimore était le lieu de manifestations de plusieurs centaines de noirs en colère contre les brutalités policières. Ils s’étaient réunis pour avoir des réponses après la mort le 12 avril 2015 de Freddie Gray, 25 ans. 
Finalement, la seule once de réalisme en lien avec ces évènements au sein de ce dîner d’élite a été apportée par Cecily Strong du Saturday Night Live :

Les cheveux d’Obama sont maintenant tellement blancs qu’ils peuvent se permettre de répondre aux policiers.